AccueilFAQGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Royauté] Annonces du Roy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 11 Juil - 17:22

Citation :
De Nous Dotch de Cassel, Grand Maître de France,
A vous, Icie de Plantagenest, Dauphine & Régente de France,

A tous ceux, qui le présent écrit liront ou se feront lire,

Salut.

En ce funeste jour, nous devons faire parvenir à tous les sujets du Royaume de France, que Sa Majesté la Reine, Béatrice de Castelmaure-Frayner, a péri sous les coups de brigands assassins.

De retour pour le Louvre, son corps a été retrouvé inerte, sans vie sur la route menant de Fontainebleau à la Capitale. Nous avons pu constaté de nos propres yeux à Paris, cette tragique nouvelle.

Son corps sans vie sera ramené au Louvre,

Nous demandons à l'office du Grand Chambellan de France, de s'occuper de l'organisation des funérailles.

Nous demandons à la Grande Prévôté de France, d'interroger au plus vite les deux individus qui ont été arrêtés non loin du déroulement de cette horrible scène.

Faict à Paris, le neuvième jour du septième mois de l'An de Grâce Mil Quatre Cent Cinquante Neuf.

Signé et scellé de notre main,




Dotch de Cassel,
Grand Maître de France.

_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Jeu 14 Juil - 17:05

Citation :


De nous Icie de Plantagenêt, Régente de France.
A Sa Majesté Elfyn de Montfort, Souverain du Grand Duché de Bretagne
A son Excellence Thrandhuil, Chancelier du Grand Duché de Bretagne

Avons accusé réception de votre missive datée du 10 Juillet.
Nous déplorons le temps de réponse, mais vous conviendrez que le Royaume de France passe avant tout et qu’il accapare nos pensées.

Que nous regrettons fort d’avoir reçu votre missive après la mise en place de vos armées sur les terres françoises. Il semblerait que vous ayez donné mission que ce soit fait auparavant. Il ne nous appartient pas d’en connaître les détails mais il nous tient en souci que la volonté de Sa Majesté Levan III de Normandie, de maintenir une paix durable par le Traité du Mont Saint Michel, soit respectée.
Ces dysfonctionnements sont autant d’épines qui ternissent nos relations et alimentent la polémique.
Nous ne pouvons permettre comme il en serait de même pour vous, que l’on pénètre ainsi sur les terres de France l’argument fut il d’en chasser un brigand notoire sans en être averti dans les temps et sans notre aval.

Citation :
Article 8
Les signataires au présent traité s’engagent à une coopération militaire et policiaire sans faille contre les armées irrégulières et les organisations criminelles qui menaceraient les intérêts du Royaume de France et du Grand Duché de Bretagne

Nous prenons en compte que le duché d’Anjou a donné son accord pour que vous l’aidiez à chasser celui qui a usurpé le trône d’Anjou. Mais qu’il eu été préférable qu’il fasse appel à des armées angevines d’autant qu’il y en a engagées en Touraine.


Citation :
Article 7
Les signataires au présent traité s’engagent à une coopération judiciaire totale pour réprimer tous les criminels transfrontaliers. La France et la Bretagne s’engagent en outre à offrir un droit d’appel effectif aux ressortissants de l’autre pays identique à leurs propres ressortissants.

Nous prenons en compte que Votre prévôté suivra donc le dossier judiciaire qui pourrait être établi à l’encontre du sieur Thoros et ses sbires par notre vassal, le duc d’Anjou.

Nous rappelons qu’il nous appartient de juger des frontières internes à Notre Royaume. Mais nous vous remercions d’être attentif sur ce qui se passe sur nos territoires comme nous le sommes sur les vôtres.

De même qu’il en fut pour le messire Nilas qui a semé la terreur sur des provinces vassales à la couronne et que Sa Majesté Beatrice de France a demandé de démettre.
Nous gageons que le Duché de Bretagne agira en chassant ce sieur Thoros et ses sbires comme ils le méritent s’ils retournaient en vos terres afin de prémunir le lien d’amitié qui lie nos deux grands royaumes.

A présent que le Sans Nom ne gène plus la bonne marche du Duché d’Anjou, que le régent d’Anjou a repris la place où l’avait porté légitimement le peuple angevin et en retour de notre indulgence, souhaitons au vue du traité du Mont Saint Michel, que les armées bretonnes regagnent leur terre.

Nous rappelons que, nous, Régente de France, aux pouvoirs limités, avons à cœur de maintenir l’héritage qui nous fut confié en l’attente que Notre Royaume choisisse son Monarque.

Nous engageons ainsi les démarches afin que, selon les termes du Traité du Mont Saint Michel, la Cour paritaire de la Paix puisse se réunir, des qu’il sera possible, afin qu’une bonne foi pour toute, les différents soient aplanis. Nos chancelleries en établiront les modalités.

Qu’il soit su que le Royaume de France privilégie le dialogue et que le sang a assez coulé entre nos peuples.

Que le Tres Haut protège le Grand Duché de Bretagne, le Royaume de France et leurs peuples.
Faict au Louvre le quatorze juillet de cet an de grâce.

Icie de Plantagenêt, Régente de France



Citation :


De nous, Icie de Plantagenêt, Régente de France
A Sa Grace Llyr di Maggio, duc de Touraine
Aux Grands Feudataires du Royaume
A tous ceux qui entendrons

Annonçons

Que nous avons lu avec grand attention la dernière annonce de la Touraine. Qu’il est de notre devoir de remettre en place de nouveau, certaines données erronées.

Qu’en premier lieu, la Bretagne n’a pas attaqué la Touraine. Que les événements en Anjou et la présence d’armées bretonnes sont par nous suivi et que réponse sera donnée au Grand Duché de Bretagne dans la limite des pouvoirs qui nous sont conférés.

Que les actions de l’Anjou et du Poitou qui ont été menés à l’encontre de la Touraine sont définis comme « guerre privée » par nos annonces. De même le fut l’intervention de Touraine en Berry. De même l’intervention du Bourbonnais Auvergne qui a pris soin de nous rappeler les limites du pouvoir d’une Régence.

Qu’il ne peut en cela y avoir deux poids et deux mesures.

Que la trêve demandée ne comportait aucune durée ni aucune obligation si ce n’est celle d’un appel à la prière et à la réflexion sur la vanité des ambitions terrestres.
Que Sa Grâce Tixlu, Duc du Bourbonnais Auvergne à annoncer, nous citons :
Citation :
une trêve nuirait aux objectifs de sécurité que nous sommes en droit de mener à bien pour notre peuple. Il n'y en aura donc pas
Que le non respect de cette demande de notre part par les belligérants de part et d’autre, renvoie à leur conscience et à leur foi Aristotélicienne.

Que nous rappelons qu’un Régent de France, n’a pas les mêmes possibilités qu’un Roy/Reine de France.
Que nous avons demandé les conseils avisés de la Chambre des Pairs pour la définition de nos actions et leurs possibilités afin que de ne pas outrepasser nos droits.
Que nous espérons que Sa Seigneurie Llyr Di Magio, ainsi que tous Grands Feudataires n’en saurai contester le bien fondé et l’application.

Citation :
De l'assemblée des pairs de France

A tous présents et advenir,

Salut.

Considérant les demandes récurrentes de précision sur les pouvoirs d'un régent, et compte tenu de la coutume systématiquement rappelée par le Grand Chambellan lorsque le cas se présente,

Informons qu'un régent a mandat pour gérer sa province "en bon père de famille", autrement dit qu'il assure la gestion courante de la province et lui permet de conserver stabilité le temps nécessaire pour qu'un comte légitime soit élu. En revanche, il n'a pas autorité pour modifier les institutions de son comté, déclarer une guerre, signer des traités ni promulguer des lois engageant sa province au delà de son mandat.

Un régent n'étant pas élu, il ne peut orienter la politique de sa province, il est seulement là pour assurer la transition en attendant un comte élu. Tout document ou loi signé par un régent ne sera valable que durant son mandat et devra ensuite être confirmé par un comte légitime pour perdurer. Il peut instaurer un impot ponctuel si la situation économique le nécessite dans le cadre de sa gestion en bon père de famille, mais pas un impot régulier perdurant au delà de son mandat.

Les codex locaux ne sauraient attribuer à un régent d'avantage de légitimité que ne lui en confère la coutume royale (la primauté du droit roral impose qu'un codex local ne peut être que plus contraignant que les lois et coutumes royales, jamais moins).

Pour la bonne marche des institutions locales avant dire droit,

Faict à Paris le 06 mai 1457
Pour la pairie de France,

Sa Seigneurie Thibaud-Xavier de Ludgarès, duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles et d'Herment, Seigneur de Commières et de Saint-Saturnin, Pair de France
Par interim du Primus inter pares

Citation :
5 - Du cas particulier du Régent/Intendant d’une Province

Au contraire du Régnant, une Régence n’est point une charge liés à des droits de noblesse. Dès lors, à l’exception des décisions prises à l’encontre du fief de retraite de son prédécesseur, un Régent n’a aucun des droits précisés pour un Régnant. Il ne peut donc anoblir ou destituer, et donc pas demander de destitution si une dérogeance est relevée. De même qu’il ne peut utiliser les armes de la Province ou son scel, entre autres choses.
Ses obligations relèvent du serment de fidélité qu’il est tenu de présenter à Sa Majesté pour légitimer sa Régence.
Il a cependant le droit à un fief de retraite s’il entre dans les conditions liées à celui-ci.

6 - Du cas particulier du Dauphin

Le Dauphin de France est nommé à la discrétion de Sa Majesté.
Le Dauphin de France est l'héritier temporaire de la Couronne ; il gouverne durant la vacance du pouvoir, à la mort ou l'abdication de Sa Majesté.
Tout autre devoir ou privilège du Dauphin de France est laissé à la discrétion de Sa Majesté, qui les définit à chaque nomination de Dauphin et les modifie à sa discrétion.
Le Dauphin de France charge ses armes d'un chef d'azur à trois fleurs de lys d'or en fasce.



Qu’en cela, nous ne pouvons déclarer une personne félonne à la couronne, que nous ne pouvons déclarer de guerre, que nous ne pouvons ni anoblir ni retirer fief. Que notre véritable pouvoir est de croire aux vassaux qui ont prêté serment envers la couronne de France.

Qu’il serait sage que la fidèle Touraine mesure ses propos à Notre encontre. Qu’il ne nous appartient pas de juger ce qui fut fait ou non avant notre nomination et la funeste nouvelle qui nous prive de Notre Reyne. Que Sa Majesté fut et sera toujours souveraine dans ses décisions.

Que nous ne permettrons à quiconque de traiter de lâches le Domaine Royal. Que toute offense dirigée contre lui est de même dirigée contre Nous et par ce fait contre la Couronne.

Que cela soit su et entendu

Faict au Louvre le quatorze juillet de cet an de Grace.
Icie de Plantagenêt, Régente de France



_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Dim 14 Aoû - 14:02

    En ce douzième jour d'Aoust, nous, Nebisa de
    Malemort, portée au Trône des Lis par les votes de nos sujets, déclarons
    recevoir de notre plein gré la Couronne de France et prendre nos
    fonctions sur le champs afin de servir notre Royaume et d'offrir à nos
    peuples l'assurance d'une souveraine attentive à leurs désirs et
    besoins.


    C'est un jour de bonheur pour nous et pour tout le Royaume, un jour qui
    nous incite aussi à réfléchir à cette vie qui se profile avec ses
    nombreux défis et toutes ses possibilités, ses périls et ses enjeux.
    Nous tenons à remercier ceux et celles qui nous ont baillé leur
    confiance, les assurer que nous n'oublions pas qu'il nous faudra, chaque
    jour, nous en montrer digne, nous tenons à assurer ceux qui auraient
    porté ailleurs leurs vœux et se trouveraient déçus ou inquiets que nous
    aspirerons à gagner votre confiance par notre engagement et notre
    labeur. Les élections pour le Trône sont terminées, mais le combat pour
    la France et son avenir ne fait que commencer.


    Consciente de ce qu'implique de régner sur le Royaume de France,
    consciente des défiances, des déceptions et de l'amertume ayant pu
    naitre dans les cœurs de certains de nos sujets, consciente de la
    loyauté indéfectible, de la grandeur et de la pureté du lien vassalique
    tel qu'il existait lors de l’avènement des premiers temps du Royaume,
    nous tenons à faire ce jour la promesse solennelle de consacrer notre
    énergie, nos moyens et notre personne au service de la France, de
    redonner, à ceux qui en manque, la foi envers la Couronne, d'assurer, à
    ceux qui l'ont servie, la reconnaissance de la Couronne.


    Nous déclarons devant tous que nous consacrerons toute notre vie,
    qu'elle doive être longue ou brève, au service de la Couronne et au
    service de la grande famille de France dont nous faisons tous partie,
    mais sachez que nous comptons sur vous pour nous aider à respecter cet
    engagement, votre loyauté, votre force, votre aide seront le ciment sur
    lequel nous pourrons construire et avancer . Nous savons que votre
    soutien sera indéfectible. Que le Très Haut nous aide à respecter notre
    serment et qu'Il vous bénisse, vous tous qui acceptez de nous y aider.


    Eut égard à l’avènement d'un nouveau souverain, à notre prise de
    fonction et considérant que le temps des larmes est révolu, que celui
    des couleurs de l'espérance revient, nous levons le deuil royal à
    compter du treizième jour du mois d'Aoust.




    Dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre


    Nebisa de Malemort

    Reine de France







    De Nous, Nebisa de Malemort, Reine de France .


    Aux sujets de notre Royaume de France qui prendront connaissance de la présente déclaration.


    Au peuple de Guyenne.


    Voilà quelques semaines, les élections ducales au sein de la province
    vassale de Guyenne ont conduit à l’avènement d'un hérétique dénommé
    Sancte à la tête du conseil .


    La Guyenne, province du Royaume de France est liée à la Sainte Église
    Aristotélicienne par un concordat stipulant qu'un hérétique ne peut
    accéder légitimement au Trône Ducal.


    Par conséquent, Messire Sancte se vit refuser la reconnaissance royale lors de sa venue au Louvre.


    Ce jour, nous confirmons la décision légitime de la Régente et
    ré-affirmons l'illégitimité de Messire Sancte dans son désir de régner
    sur la Guyenne.


    Nous demandons à ce que les mesures qui s'imposent soient prises au plus
    vite afin de mettre en place un conseil de régence chargé de veiller
    sur nos sujets de Guyenne jusqu'à la tenue de nouvelles élections.


    Nous tenons pour particulièrement grave et indigne le fait que cette
    situation soit le fruit d'une connaissance délibérée de ce qu'il
    résulterait d'une telle candidature, nous blâmons les personnes qui ont
    préféré mettre la Guyenne en difficulté plutôt que d'agir en personnes
    dignes et morales.


    Nous assurons nos sujets de Guyenne de l'intérêt que nous leur portons et de notre vigilance concernant leur devenir.


    Nous demandons à la Sainte Église de faire preuve de miséricorde et de
    compassion concernant les mesures d’excommunication prononcées, nous
    souhaitons croire que certains des conseillers ducaux ayant choisit de
    demeurer en place l'ont fait pour le bien de leur duché et éviter à une
    population innocente de souffrir de l’égoïsme dévastateur de ceux qui
    n'aiment que trop voir leurs délires égotiques conduire à l'anarchie et à
    la dévastation.



    Puisse la Guyenne se voir promptement délivrée d'un joug inique .


    Faict en l'enceinte du Palais Royal du Louvre ce premier jour de notre règne.


    Nebisa de Malemort









    De nous, Nebisa de Malemort, Reine de France.


    A nos sujets à travers le Royaume,



    Ainsi que nul ne peut ignorer, le centre du Royaume de France est
    victime d'une plaie infâme, d'un mal qui le ronge et d'une bien étrange
    contagion.


    Alors que notre province du Berry se trouvait entre les mains d'un Duc
    illégitime et que la précédente occupante du Trône, lors de ses périodes
    d'activité, avait fait savoir son avis là dessus, une poignée de
    fidèles sujets ont décidé de mettre à bas le tyran illégitime et de
    cette intention, la meilleure qu'il soit au monde, naquit le péril qui
    menace d'engloutir sur l'autel de l'infamie une population innocente.


    A présent que le Berry a reçu un Duc légitime, nous nous interrogeons
    sur les raisons pouvant pousser un Duché qui se dit intègre et loyal à
    envahir son voisin, à détruire sciemment ses infrastructures minières, à
    prendre en otage une population entière pour violer les droits sacrés
    de la souveraineté d'un Duché en tâchant par la force et la contrainte
    de rattacher une bonne ville voisine à sa propre terre.


    Nous nous interrogeons sur la concentration d'armées à la frontière
    angevino-tourangelle et sur les causes des escarmouches nous ayant été
    rapportées. Nous nous interrogeons sur l'origine de ces armées aux
    bastions étonnants.


    Nous ne comprenons pas non plus par quel miracle et de quel droit des
    armées venues du Poitou, d'Artois, de Guyenne ou d'Anjou se retrouvent à
    venir d'un conflit qui ne les concernent point et, qui, pour prix de
    leur grande compassion, vont jusqu'à violer les lois d'un Comté
    innocent, ayant commis la faute de leur refuser le passage.



    Nous ne reviendrons pas sur les fautes et les torts de chacun mais ce
    désordre doit cesser et il cessera de bon ou de mauvais gré. Notre règne
    marque un point de rupture avec le passé, avec la coutume née de la
    fatalité d'une France qui baisse la tête et d'une Royauté qui laisse
    faire de peur de se trouver éclaboussée...


    Notre premier devoir est d'assurer à nos peuples le droit à la sécurité,
    à la prospérité et à la Paix. Tout ceux qui, par arrivisme ou pas
    folie, s'opposeront à Nous et à notre démarche ne seront autre chose que
    des traitres et traités comme tels.


    Nous ordonnons ce jour les mesures suivantes : que la population de la
    bonne ville de Bourbon retrouve la place qui est la sienne au sein de
    son Duché légitime. Que l'actuel administrateur berrichon quitte sa
    place avant le crépuscule et qu'un sujet du Bourbonais Auvergne prenne
    sa place le temps qu'une armée auvergnate vienne récupérer les droits
    naturels du Bourbonais-Auvergne que le Berry a bafoué et que cela se
    fasse sans violence.



    Nous ordonnons également que toutes les armées impliquées dans ce
    conflit se stoppent sur le champ, le temps que les régnants du Poitou,
    d'Anjou, du Berry, d'Auvergne et de Touraine se présentent à Nous pour
    connaitre notre volonté.



    Nous rappelons à tous de se montrer prudents, en effet, Notre Royaume
    est, actuellement visité par deux armées étrangères. La première, venue
    de Bretagne a déjà tenté de s'en prendre à Notre bonne ville de Chinon
    en Touraine et fut, héroïquement, repoussée par les défenses
    tourangelles et leurs courageux soutiens, d'après Nos informations, elle
    stationnerait actuellement dans les environs de Saumur, Nous demandons à
    nos sujets angevins de faire preuve de prudence. Une autre armée de
    Bretagne a franchit nos frontières sans que le Poitou n'ait pu le
    signaler à son voisin Limousin, évitant ainsi un atroce carnage, et
    marche à présent sur le sol Berrichon.


    Ainsi que tous le savent... la présence d'une armée issue d'un Royaume
    étranger, en toute illégalité sur notre sol représente au pire une
    déclaration de guerre, au mieux une injure et nous allons devoir
    contacter prestement les autorités Bretonnes pour leur signaler cet
    état, puis, une fois que Nous serons assurée qu'il s'agit bien de
    gredins, les traiter comme tels... par chance le Berry ayant un nombre
    impressionnant d'armées sur son sol pourra se charger de cette mission
    de première importance pour la défense de Nos sujets et l'honneur de
    Notre Royaume.


    Nous demandons, par conséquent, aux troupes du Domaine Royal de se tenir
    prêtes à venir en aide à Nos sujets menacés par cette armée... si
    jamais les régnants convoqués devaient manquer d'énergie ou de volonté
    pour trouver le chemin de la Paix.


    En outre, nous ordonnons au Duc et Pair Thomas de Clérel de se
    présenter au Louvre avant ce lundi pour venir y défendre sa personne et
    tâcher d'influer par ses arguments la condamnation morale que ses actes,
    pour le moins incompatibles avec la dignité de Pair de France, envers
    la population de Bourbon l'opprimée nous ont fait ressentir. Nous sommes
    décidée à lui laisser une chance de s'expliquer... il n'y en aura pas
    deux.



    Faict en l'enceinte du Palais Royal du Louvre ce treizième jour du mois d'Aoust 1459, second jour de notre règne.


    Nebisa de Malemort

    Reine de France




_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mar 23 Aoû - 10:05

De Nous, Nebisa de Malemort, Reine de France .



Aux sujets de notre Royaume de France qui prendront connaissance de la présente déclaration.



Au peuple de Guyenne.



Nous faisons savoir ce jour que nous avons bien prit connaissance de la
démission de Messire Sancte Iohannes Von Frayner du conseil ducal de
Guyenne, conformément à sa non reconnaissance .



Même si nous saluons ce geste raisonnable, nous ne pouvons reconnaitre,
pour les mêmes raisons que celles ayant conduit à la non reconnaissance
de Messire Sancte, la Comtesse Agnès de Saint Just au titre de Régente
de Guyenne.



La dicte Comtesse demeurant sous le coup d'excommunication par Notre
Sainte Église, la Couronne ne lui peut confier la direction de la
Guyenne.



Que le peuple de Guyenne sache que la Couronne ne l'abandonne pas au
triste sort auquel le jeu instable d'alliances politiques mal avisée le
semble condamné, Nous ne tolérerons pas que des forces étrangères et
hostiles viennent menacer nos sujets et vassaux et à cette fin, nous
étudierons prochainement les mesures nécessaire pour assurer à la
Guyenne son droit à la prospérité et à la sécurité malgré ce fâcheux
épisode.



Faict en l'enceinte du Palais Royal du Louvre ce dix septième jours d'Aoust 1459








_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mar 23 Aoû - 10:05

De Nous, Nebisa de Malemort, Reine de France .



Aux sujets de notre Royaume de France qui prendront connaissance de la présente déclaration.



Au peuple de Guyenne.



Comme nous l'avions annoncé hier, dans le soucis d'agir pour le bien de
Nos sujets et face à l'instabilité née de l'actuelle situation sur les
terres de Guyenne, Nous faisons savoir ce jour que Nous avons prié
Monseigneur Koyote de Cieux, Baron de Chevreuse et Pair de France de se
porter à la tête de la Guyenne pour en prendre la Régence jusqu'à la
tenue de nouvelles élections offrant à la Guyenne un légitime Duc.



Faisons savoir que Monseigneur Koyote, résident de Guyenne et fidéle
sujet de la Couronne a accepté et se portera, sous peu, dans la ville
capitale de Bordeaux afin de se faire remettre les clés du Palais Ducal.



Nous demandons à chacun de Nos sujets de Guyenne de soutenir le Pair
Koyote dans sa mission et considérerons ceux qui s'aventureraient à lui
faire obstacle comme désireux de nuire à Notre province vassale et à Nos
sujets et donc comme Nos ennemis.



Nous demandons à la Comtesse Agnès, ainsi qu'à sa famille, ses amis, ses
fiancés et autres apparentés de cesser de nous couvrir de missives nous
expliquant que nous nous trompons, que nos conseillers sont mauvais et
manque d'honnêteté car il apparait comme évident que leur motivation ne
peut être qu'entachée par quelque idée relative à un manque de
partialité pour cause de décision n'étant pas celle souhaitée ou de lien
privé nuisant à la capacité d'analyse requise.



Pour la Guyenne et son avenir, par Notre autorité et Notre volonté,



Faict en l'enceinte du Palais Royal du Louvre ce dix huitième jours d'Aoust 1459.










_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mar 23 Aoû - 10:06

De Nous, Nebisa de Malemort, Reine de France .



Aux sujets de notre Royaume de France qui prendront connaissance de la présente déclaration.



Suite à leur candidature au sein de la Très Noble Assemblée des Pairs de
France et en acceptation des avis de Nos conseillers Pairs de France,
convaincue de leurs Mérites, Hauts Faits et Loyauté au service du
Royaume de France, recevons ce jour au sein de la dicte Institution
Royale :




  • Dame Bess Saincte Merveille-Rouben, Baronne de Saint Angel, Dame de Vignols et de Bellechassagne, Chevalier de l'Ordre Royal de la Licorne.
  • Messire Julien Giffard, dict Le Juste Duc de Lillebonne, Baron de Cambremer, Seigneur de Saint Michel des Loups et de Guibray.




Que dés à présent, ils se présentent au Palais Royal ou leur seront
remit les attributs de leur dignité nouvelle et qu'ils servent à nouveau
le Royaume de France sans faillir ni trembler, Nous dispensant leurs
conseils avisés et faisant honneur à leur coreligionnaires .





Faict en l'enceinte du Palais Royal du Louvre le 21 d'Aoust 1459.








_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mar 23 Aoû - 10:06

De Nous, Nebisa de Malemort, Reyne de France, en réponse à la mauvaise foi indigne d'Agnés de Saint Just,



Au peuple de Guyenne et de France,



Le temps est révolu ou la Couronne laissé dans le besoin et face au
danger Ses sujets, le temps révolu ou la Couronne prenait à la légère
Son devoir d'Assistance et de Justice, le temps est révolu ou il était
de bon ton de laisser souffrir la Guyenne.



Ceux qui ont, en toute connaissance de cause, porté au pouvoir un
hérétique, ceux qui ont été frappé d’excommunication pour cela, n'ont
jamais agit pour autre chose que leur carrière et leur intérêt, et se
moquent bien, maintenant, de savoir quel sera l'avenir de la Guyenne,
puisqu'ils ne songent à sauver la façade de leur réputation.



Nous, en tant que Reine et Souveraine, avons le soucis du peuple et de
sa protection alors qu'une armée hérétique prend en otage la population
bordelaise, sous de fallacieux prétextes.



Nous avons reçu les propositions de service du Baron Koyote, qui moins
que Pair de France à surtout l'avantage d'être sujet de Guyenne et...
entre un homme loyal, intègre et compétant et des excommuniés,
hérétiques dépourvus d'honneur et de morale... le choix qui permet de
mettre à l’abri la Guyenne, jusqu'à la tenue de nouvelles élections,
d'une intervention étrangère ou d'un flottement périlleux... ce choix
est vite fait .



Pour finir, nous renouvelons Notre serment de défendre les intérêts de
Nos sujets, de tous nos sujets, car c'est bien sur la France que nous
régnons et pas seulement sur une population issue de Notre Domaine ou
proche géographiquement. Aujourd'hui, tous nos peuples doivent pouvoir
compter sur le soutien et la protection de la Couronne de France, que
cela entre dans la tête de ceux qui tiraient profit de l'immobilisme
Royal... Le temps n'est plus.



Devant le manque d'étique et de loyauté de la Comtesse de Saint Just,
Nous demandons, en outre, au Roy d'Armes de prendre les mesures qui
s'imposent... Nous voyons assez mal comment une personne ne comprenant
pas que ses actes entrainent des conséquences d'autant plus quand elle
se place en opposition aux Lois de sa provinces et aux Ordres de la
Reine pourrait prétendre à traiter la Justice Héraldique... ce serait
exposer les Nobles de France à des périls mettant en cause
l'impartialité et la neutralité attendu de Notre Institution.



Rédigé de Notre main au Palais du Louvre le 22éme jour d'Aoust.












_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mar 23 Aoû - 10:07

    Nous, Nebisa de Malemort Armantia, Reyne de France,

    Dans le soucis de donner une dernière chance à la Paix, Nous avons reçu personnellement, les Régnants d'Anjou, d'Artois, de Berry, du Bourbonais et de l'Auvergne, de Bourgogne, du Poitou et de Touraine impliqués dans un conflit qui n'avait que trop duré.

    Nous avons écouté et fait entendre Nos volontés.

    Nous avons laissé jusqu'à minuit samedi pour que les Régnants concernés se soumettent à notre décision et volonté, que nous avons attendu toute la journée de Dimanche et jusqu'à ce Lundi afin de laisser un peu plus de chance à la Paix de venir d'elle même.

    Seules les Duchesses de Bourgogne et du Bourbonais-Auvergne ont fait acte dans les temps. Le Duc de Touraine ayant attendu le verdict des urnes pour confirmé son acceptation et le Comte du Poitou s'étant rendu à la raison et ayant fait le choix de l'honneur ce jour. En revanche les autres provinces, Anjou, Artois et Berry,
    sont demeurées opposées à l'idée d'agir concrètement pour la Paix.

    Nous considérons comme une offense le refus du Duc du Berry, du Régent Angevin et de la Comtesse d'Artois et comme une injure l'éventualité de pérenniser un flou n'ayant que trop duré en vue de lointaines et vagues discutions.

    Nous ne saurions Nous résoudre à compter les points dans une partie qui ne sert qu'à nuire à la France mais la preuve de la forfaiture de Nos vassaux nous a été apportée.

    Il y a deux jours, l'armée Bretonne, étrangère, présente sur Notre sol sans Notre autorisation, s'est portée sur le sol du Limousin et de la Marche, toujours sans Notre aval et sans celui du Comte Gueldnard, sous les murs de la bonne ville de Guéret, actuellement rançonnée par les troupes du bandit Thoros. Tout nous porte à
    croire que des échanges ont eut lieux, malgré les dénégations farouches du Ponant quant à l'indépendance de ces bandits là.

    Pour ces raisons, Nous sommes déchirée de devoir admettre que Nos vassaux nous ont menti et que, malgré leurs paroles, ils n'ont jamais cherché la Paix, qu'ils se considèrent dans les faits comme un État au sein du Royaume et n'entendent pas rompre leurs liens contre nature avec le Grand Duché de Bretagne.

    C'est pourquoi Nous nous résignons, déçue mais déterminée, à demander à Nos vassaux de prendre les armes afin de défendre la Souveraineté de Notre Royaume et de faire entendre à l'Alliance, dicte du "Ponant", que l'on ne peut se défier des Lois et Coutumes du Royaume de France sans
    encourir le juste courroux d'un peuple honorable qui a, trop longtemps, retenu sa colère face aux insultes et aux agressions qui lui étaient faites.

    Nos exigences demeurent les mêmes.

    Que les provinces françaises du Ponant rompent leurs liens contre nature avec le Grand Duché de Bretagne, qu'ils se plient à l'Autorité Royale et donnent les gages de leur loyauté.


    Que le Grand Duché de Bretagne retire ses troupes armées du sol du Royaume de France et se borne à respecter le Traité du Mont Saint Michel, qui couta trop de vies et de sang à nos deux Royaumes pour être ainsi désavoué.

    En retour, et dés que la félonie cédera le pas à la raison, Nous garantissons Notre clémence envers ceux qui auraient, par le passé, agi contrairement aux mœurs ou à l'honneur. Nous assurons, en outre, prohiber les actes de pillages ou de saccages, au sein des bonnes villes de France ou des infrastructures minières et maintenir
    vis à vis de Nos sujets, une attitude conforme à Nos devoirs de Souveraine et de Suzeraine.

    Dés que raison sera rendue et que Nos provinces vassales rentreront dans une conduite digne de celle que Nous attendons, dés que Nos sujets cesseront d'être des pions manipulés et élevés pour tourner le dos à leur Souveraine, Nous aurons le soulagement et le bonheur de signer la Paix... d'ici là et puisqu'ils l'auront voulu, Nous
    n'aurons pas peur de faire la guerre.

    En outre, devant l'acte de loyauté et de sagesse du Poitou, Nous assurons à Notre vassal la paix sur ses terres et lui faisons savoir que Nous lui demandons de Nous signaler la présence de toute armée étrangère qu'il apercevrait sur son sol et, en gage de bonne volonté et de Notre compréhension lui assurons que les troupes
    qu'il nous enverra ne seront affectées qu'à l'unique mission de mettre à bas l'armée du bandit et ennemi de la France, Thoros ainsi que de ses soudards et âmes damnées.

    La France n'est pas en guerre contre son voisin du Grand Duché de Bretagne mais considérera comme une agression toute armée supplémentaire passant les frontières de France, tout mouvement offensif de ses armées et troupes présentes à ce jour, sans Notre autorisation dans Notre Royaume.

    Fait de nostre blanche main
    ce funeste jour du 22 Aoust 1459 au Palais du Louvre.








*****************


    De Nous, Nebisa de Malemort, Reyne de France, Suzeraine des Ducs et Comtes de Berry, d'Anjou, du Bourbonnais Auvergne, de Bourgogne, du Poitou, d'Artois et de Guyenne présentement réunis devers Nous,

    Nous avons entendu et écouté avec attention les exigences de chacun.

    Dans un soucis d'arbitrage honnête et équitable, nous faisons savoir ce jour notre verdict.

    L'actuel conflit n'a plus de raison d'être et ordonnons sur le champ sa conclusion pacifique . Nous reconnaissons comme légitime, tant l'intervention de provinces féales dans le but de chasser un Félon du Trône que la Couronne lui refusait le droit d'occuper, que le juste courroux de celui qui l'y remplaça. Nous admettons le désir d'assistance de ceux venus se greffer sur le conflit afin d'aider leurs amis respectifs .

    Malgré ceci, à présent, plus aucune caution ne prêtée à l'égard de ceux et celles qui tendraient en maintenir un climat d'hostilité au Centre de Notre Royaume et Nous n'aurons plus la moindre tolérance envers ceux qui décideraient d'offenser Notre autorité en s'élevant contre Notre œuvre pacificatrice.

    • Concernant les souhaits du Poitou et de l'Anjou :

      Le nœud angevin entre Saumur et Chinon revient à son légitime possesseur, le Duché d'Anjou.


    • Concernant les souhaits du Berry :

      La reconnaissance, par la Couronne, établit sa légitimité sans que nul ne s'y puisse opposer. A ce sujet, la voix d'un Régnant, quel qu'il soit n'a pas voix au chapitre. Le Duc Alleaume est notre vassal, nous le reconnaissons comme tel et nous louons de cela.

      Le renforcement des armées cesse puisque nous ordonnons à chacun d'agir en conséquence de nos ordres exprimés si après.

      Nous ne pouvons ordonner à des provinces vassales de laisser passer sur ses terres qui elle souhaite refuser.

      La neutralité de la Couronne s'arrête là ou commence son devoir et quand Ses vassaux s’avèrent incapables d'agir avoir sagesse.


    • Concernant le souhait de la Bourgogne :

      Nous nous exprimons sur le point soulevé plus bas.


    • Concernant les souhaits de la Touraine :

      La Couronne n'a jamais donné aux sujets du Grand Duché de Bretagne la permission de circuler sur le sol de France, en armée, comme s'ils étaient en terres conquises. Il sera fait rappel aux autorités bretonnes de ce point.

      Les troupes engagées rentreront chez elle, et pour cela il faudra bien bouger mais... nous précisons nos volontés çi après.

      Concernant les brigands, nulle impunité existant, qu'une liste de noms et de faits soit établi et la justice royale supervisera les mesures à prendre avec le concours de provinces les ayant, hélas, sur leurs terres.


    • Concernant les souhaits du Bourbonais Auvergne :

      Il n'y a pas, en France, de droit d'asile pour les bandits. Toute province s'opposant à châtier ou voir châtier des auteurs de pillages notoires ne pourra invoquer son bon droit face aux sanctions que la Couronne est en droit de prendre envers cette dernière et des moyens qu'elle estimera juste pour rendre Sa Justice.


    En sus de cela, nous demandons à tous de reconnaitre les points suivants :

    • Renverser un félon d'un Trône que la Couronne lui refuse le droit d'occuper est un acte de loyauté louable. Charge, à l'avenir, à la Couronne de préciser dans Ses annonce si elle souhaite ou non l'intervention extérieure de ses vassaux pour faire accomplir Sa volonté.
    • Il n'est pas permis à des sujets d'un Royaume souverain de circuler en armée sur le sol de France sans en demander, au préalable, la permission à la Couronne de France.
    • Il n'est pas permit à des provinces vassales de la Couronne de France de conclure une Alliance avec un Royaume Souverain.
    • Une guerre privée ne saurait concerner la moitié du Royaume et des étrangers sans perdre sa définition de "privée".
    • Le Surintendant aux Finances étudiera les dommages subis par les mines dans chacune des provinces impliquées par le conflit et établira le cout que chaque province recevra en guise de réparation.


    Nous rappelons également pour qui l'ignore que :

    Les peuples de France sont encouragés à se regrouper et s'allier entre eux afin de favoriser leur économie ou défendre leurs sujets. C'est pour quoi nous reconnaissons l'existence du Ponant, Alliance regroupant les provinces vassales du Poitou, de l'Anjou, de l'Artois et de la Guyenne. En revanche, il n'est pas permit aux provinces de France de conclure une alliance avec un État souverain ou d'agir comme un État dans l’État. Nous signifions donc que toutes les Alliances existant sur le sol de France sont soumis aux restrictions suivantes : regrouper des provinces du Royaume de France, agir dans le respect des Lois Royales et de la Couronne, ne pas signer de traités au nom de leur Alliance, ne pas se doter d'Institutions visant à se substituer à celles de la Couronne.

    Et pour conclure nous ordonnons :

    • Que les armées engagées dans ce conflit soient dissoutes ou démobilisées sur le champ ou se placent sous l'autorité de la Couronne afin de partir châtier Thoros et L'Eldorado quitte à les prendre en chasse. Les armées "démobilisées" par leur province devant rentrer dans leur province d'origine sans la moindre halte et par le plus court chemin via des provinces leur ayant accordé le droit de passage.


    Et nous assurons :

    • sa Majesté accepte une rencontre entre les différents dirigeants des provinces vassales du Ponant et de la Bretagne afin de mettre le traité de l’alliance du Ponant en conformité avec le Traité du Mont St Michel.


    Ceci représente, ne vous y trompez pas, un ultimatum. Quiconque s'opposerait à la volonté royale se rangerait sur le champ dans le camp des perturbateurs, avides de guerre et de chaos et signifierait par la même que la Couronne devrait se résoudre à prendre les mesures qui s'imposent.

    Faict en l'enceinte du Palais des Offices ce dix huitième jours d'Aoust 1459.






    Avec les assentiments reçus entre le 18 et le 22 d'Aoust 1459 :

    Pour la Bourgogne:

    Pour le Bourbonnais-Auvergne:

    Pour la Touraine:

    Pour le Poitou:

_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 29 Aoû - 15:50

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,

    Suite à l'insoumission de Nos vassaux d'Anjou, d'Artois et du Poitou, et parce qu'il ne convient pas d'excuser la déloyauté, c'est avec tristesse mais sans étonnement que Nous Nous résignons à frapper de félonie Kirke de Penthièvre, ancien Régent d'Anjou, Isabelle de Courbon Précieux dicte Zazaroyaume, ancienne Comtesse d'Artois, Jake de Valombre, ancien Comte du Poitou.

    Nous précisons qu'un Félon ne peut destituer un noble et que ceux et celles qui se trouveraient sous la menace plus ou moins voilés en sont, dés cet instant libérés.

    De plus, Nous assurons aux Nobles du Royaumeque sont impossibles toutes mesures de rétorsion et toutes pressions iniques visant à destituer ces loyaux sujets de la Couronne de France de leurs titres de noblesses.

    Du fait d'un geste en direction de la Couronne visant à revenir à une attitude digne d'un Vassal de la Couronne, Nous exemptons le Duc Alleaume de Niraco de cette mesure, le temps de voir se concrétiser la prise de contact par les actes attendus.

    Fait de Notre main agile dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre
    ce jour du 24 Aoust 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 29 Aoû - 15:50

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,

    en complément de l'annonce précédente et devant le trahison de ce dernier, qui nous assurait hier au soir de sa soumission par les mots et agissait en traitre au matin, Alleaume de Niraco, ancien duc du Berry se voit également déclaré Félon au Royaume de France.

    La noblesse loyale du Berry passe sous Notre protection et Nos sujets berrichons également.

    De même, Nous prenons acte de la déclaration de guerre du Grand Duché de Bretagne qui laisse éclater au grand jour la volonté de ces traitres, faire de leur Ponant un Royaume gouverné par les Bretons, un destin tragique que ne sera pas celui de Nos sujets.

    Fait de Notre main agile dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre
    ce jour du 25 Aoust 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 29 Aoû - 15:50

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia

    A l'ensemble de Nos Officiers Royaux et des Nos sujets,

    Face à quelques comportements dissidents nuisant à l'image et au service de la Couronne, Nous tenons à rappeler les points suivants :

    Nous attendons de chacun des serviteurs du Royaume de France, qu'ils soient simples Officiers, Grands Officiers de la Couronne ou Pairs de France le même engagement sincère et loyal à faire passer le service de la France avant tout engagement de nature privé ou personnel. Nous ne pouvons que louer ceux et celles qui s'associent dans la conduite de leur province mais cela ne peut se faire au détriment des Devoirs d'un Officier Royal.

    Le premier de tous est le devoir de réserve. Cela implique que lorsqu'on attache à soit l'image de la Couronne, on ne lui nuise ni par ses actions, ni par ses propos.

    Le second est le devoir de confidentialité. Un Officier Royal, quelle que soit sa position, n'a pas à tirer profit des informations ou renseignements auxquels il a accès au sein de son Office pour en tirer profit ou pour les propager en des lieux ou au bénéfices de personnes autres.

    Le troisième de ces devoirs est la notion d'abnégation. Quand on choisit, librement et de son initiative, d'accéder à la position d'Officier Royal, on s'engage à ce que la Couronne de France soit son premier maitre. On ne peut, en suite, agir en contradiction avec Ses ordres ou recommandations, quand bien même cela implique de devoir perdre certaines libertés privées que possèdent les particuliers.

    Le quatrième et dernier point exigé de tous les Officiers Royaux sera la neutralité. En effet, les conflits dicts "privés" sont incompatibles avec la dignité attendu par un Officier Royal, il sera loisible à ceux concernés de servir autrement leur province mais la participation offensive à un conflit armé salit l'image de la Couronne et l'impartialité attendue de la part de ses serviteurs, la défense d'une province reste, bien entendu, possible et louable. Lors de conflits royaux, et puisqu'il s'agira de défendre la Couronne, les Officiers Royaux ne sauraient être empêchés.

    Tout Officier Royal se plaçant en opposition avec ces points ne devront compter sur aucune indulgence de la part de la Couronne, aucun passe droit ne sera accordé et aucune faiblesse ne viendra entacher les exigences d'intégrité et de loyauté attendus de tous.

    Fait de Notre main dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre
    ce jour du 25 Aoust 1459.





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 29 Aoû - 15:50

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia, Reyne de France,

    Nous avons toujours eut le soucis de Notre diplomatie et avons à l'esprit l'importance primordiale de voir la France jouer son rôle sur la scène Européenne, devant la nécessité de doter la France d'une diplomatie internationale forte et active, Nous déclarons ce jour élever les Ambassades Royales de France au range de Grand Office de la Couronne.

    Ce résultat est le fruit d'un besoin pour le Royaume de France et la reconnaissance du travail et de l'investissement du Grand Ambassadeur Royal et de son équipe, mais aussi de ceux qui se sont succédé depuis la création de cet office, c'est pourquoi Nous saluons l’œuvre de Dame Arielle de Gilraen et de Messire Val1, anciens Grands Ambassadeurs de France et leur assurons les remerciements officiels et solennels du Royaume de France.

    Fait au Palais Royal du Louvre
    ce 25éme jours d'Aoust 1459







    Statut des Ambassades royales de France


    1. Du Statut

    Les Ambassades royales de France forment ensemble une institution au rang de Grand Office de la Couronne de France et sont dirigées par un Grand Ambassadeur Royal .

    Le Grand Ambassadeur est Grand Officier de la Couronne et siège à la Curia Regis. De part son statut il participe et s'implique dans les débats et travaux sis au Conseil du Domaine Royal.

    Les Offices sont sises à Paris.

    Le nombre d’ambassades est équivalent au nombre de royaumes étrangers reconnus par la Couronne de France.


    2. Des Fonctions

    Les Ambassadeurs royaux de France sont les représentants et les messagers de la Couronne et des institutions royales auprès des royaumes étrangers. Ils ont pour mission entretenir de bonnes relations et de propager l’image de la grandeur du Royaume de France auprès du reste de l’Europe. Ils assurent, en outre, la transmission des informations en provenance de l’Étranger jusqu'au Royaume de France et en servent les intérêts auprès des Cours étrangères selon les directives fixées par le Souverain.

    3. De la Composition

    3.1 Le Souverain de France

    Le Souverain du Royaume de France est le plus haut décideur des Ambassades royales, il possède le droit de révoquer qui bon lui semble et dispose du droit de veto pour tout ce qui concerne les Ambassades.
    Il peut également décider de prendre pleinement la direction des ambassades à la place du Grand Ambassadeur Royal, ainsi que procéder à sa révocation.

    3.2 Le Grand Maître de France

    Le Grand Maître de France peut demander aux Ambassadeurs royaux de transmettre un message ou de négocier avec les autorités étrangères au même titre que le Grand Ambassadeur Royal. Il devra toutefois attendre que celui ci appose le Sceau des Ambassades pour valider sa déclaration pour toute demande passant par ce service.

    3.3 Grand Ambassadeur Royal

    Il s’occupe du recrutement des Ambassadeurs royaux, de leurs attributions. Il peut également les révoquer.
    Il organise et ordonne les missions des Ambassadeurs royaux.
    Le Grand Ambassadeur est le gardien du Sceau des Ambassades de France, lui seul est autorisé à certifier les missives officielles en apposant le Sceau des Ambassades.

    Il soumet les traités au Souverain pour validation et s'entretient avec lui des questions de Diplomatie. Il est son représentant terrestre hors du Royaume.

    3.4 Le Vice Grand Ambassadeur de France

    Il est gardien du bureau parisien des Ambassades Royales et le suppléant du Grand Ambassadeur Royal de France en cas d'absence ou de vacance du poste.

    3.5 Les Ambassadeurs royaux

    Ils sont sous les ordres du Grand Ambassadeur Royal. Ils sont chargés de rédiger et/ou transmettre les missives officielles au nom de la Couronne de France.
    Les missives non scellées par le Grand Ambassadeur Royal n’ont aucune valeur officielle et ne seront pas reconnues comme émanant des Ambassades royales de France.
    Ils peuvent également être amenés à conduire des négociations avec des autorités étrangères sur autorisation et avec l’appui du Grand Ambassadeur Royal.
    Les Ambassadeurs royaux devront rendre compte régulièrement des nouvelles du pays dont ils ont la charge.

    3.6 les Ambassadeurs royaux adjoints

    Le Grand Ambassadeur Royal et les Ambassadeurs royaux peuvent être assistés dans leur travail par des Ambassadeurs royaux adjoints, sous réserve de l'approbation du Grand Ambassadeur Royal. Les fonctions spécifiques des Ambassadeurs royaux adjoints doivent être définies conjointement par le Grand Ambassadeur Royal et l'Ambassadeur royal concerné, avant leur nomination et selon les besoins de l'Ambassade royale visée.
    Leurs devoirs sont les mêmes que ceux des Ambassadeurs royaux.

    4. Charte de bonne conduite des Ambassadeurs royaux

    4.1 De la bonne conduite.

    Les Ambassadeurs royaux doivent avoir une conduite exemplaire même en dehors de leur fonction de représentation. Tout manquement aux lois ou aux règles de bonne conduite entraînera, au minimum, une destitution immédiate des responsabilités au sein des Ambassades royales.

    Ils doivent être au fait du protocole et de l'étiquette, des titres et appellations, tant de France que de leurs États d'Affectation.

    4.2 De la confidentialité

    Les Ambassadeurs sont amenés à traiter des informations confidentielles. Toute diffusion de ces informations sans autorisation expresse du Grand Ambassadeur Royal sera considéré comme crime de Haute Trahison.

    4.3 Du devoir de réserve

    En tant qu’officiers de la Couronne de France, les Ambassadeurs royaux ont un devoir de réserve. Ainsi, ils doivent, dans l’exercice comme en dehors de l’exercice de leurs fonctions, éviter tout ce qui pourrait porter atteinte à la dignité de leurs fonctions ou à leur capacité de les exercer, donner lieu à scandale ou compromettre les intérêts du service public.

    Ils sont représentants de la Couronne, et ne doivent jamais la mettre en péril par leurs actes ou leurs paroles.

    Ils sont tenus de se comporter avec dignité et civilité tant dans leurs rapports de service avec leurs supérieurs, collègues et subordonnés que dans leurs rapports avec les usagers de leur service qu’ils doivent traiter avec compréhension, prévenance et sans aucune discrimination


*********

    Des Ambassades Royales de France


    De la Distinction entre Diplomatie Royale et Diplomatie Provinciale.

    Avis aux Grands Feudataires de France.
    Avis aux Ambassades & Chancelleries de France.

    Qu'il soit su que les Ambassades Royales ont vocation à établir la Diplomatie du Royaume de France avec les Pays Étrangers.

    Qu'ainsi, si les provinces peuvent traiter avec des provinces étrangères, dans le but d'établir des relations amicales et/ou commerciales. Une province du Royaume de France ne saurait établir un traité directement avec un Royaume ou toute autre forme d’État souverain étranger.

    Que pour tout questionnement relatif à la politique étrangère du Royaume de France, une délégation provinciale peut être reçue aux Ambassades Royales, qu'une missive peut être envoyée au Grand Ambassadeur Royal de France, Son Excellence Keridil d'Amahir-Euphor (IG : Keridil).

    Qu'il soit entendu que tout traité signé par la Couronne de France & ses Ambassades engage chacune des provinces du Royaume à en respecter les termes. Que leur liste est consultable en notre Bibliothèque.

    Que chacun sache qu'aux fins d'aider les Ambassades Provinciales dans leurs relations avec l'étranger, les Ambassades Royales de France proposent leurs services. Ainsi, pour tout questionnement culturel, ou pour faits de traduction, les Ambassadeurs Royaux de France dont la liste est publique, sont à disposition des provinces demandeuses, dans la mesure de leurs possibilités, eu égard à leur tâche diplomatique courante.

    Rappelons à toutes fins utiles, qu'agir de façon contraire à la ligne Diplomatique du Royaume à l'égard des contrées étrangères, mettant en péril la paix, sera répréhensible.

    Rappelons de fait que tout traité signé entre une ou plusieurs provinces de France et un État souverain étranger est caduc.

    Faict en l'Ambassade Royale de France, le Vingt Troisième Jour du Huitième Mois de l'An de Grâce Mil Quatre Cent Cinquante Neuf, & scellé d'Or par

    Son Excellence Keridil d'Amahir-Euphor, Grand Ambassadeur Royal de France

_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 5 Sep - 17:22

    Au Grand Duché de Bretagne,
    à Elfyn de Montfort, Grand Duc de Bretagne démissionnaire ou pas selon les jours
    à Douchka, Duchesse de Bretagne qui demande au Grand Duc de rester ou pas selon les jours

    Nous accusons réception de votre déclaration de guerre officielle, laquelle fait suite à vos précédentes déclarations de guerre officieuses, et autres prières de ne pas comprendre votre mobilisation vers la guerre avant que vous n'ayez pu finir de vous y préparer, déclaration prouvant par là même que vous comptiez sciemment rompre le Traité du Mont Saint Michel. Ceci étant, dans les faits, la Bretagne a commencé à violer, une par une, chacune des clauses le constituant, et ce dès les premières semaines qui suivirent la ratification du dict Traité. A tout le moins peut-on vous reconnaître un soupçon d'honnêteté dans la marée de faux semblants que constituait votre conduite vis-à-vis de la Couronne de France.

    Nous tenons à signaler au Grand Duché de Bretagne que lorsque l'on se veut terre civilisée, d'abord on déclare la guerre, en suite on envoie ses armées ou ses bateaux... Or, témoignant à nouveau qu'en sus de soutenir les mouvements hérétiques, les alliances criminelles, la sorcellerie, la félonie et l'infamie, la Bretagne n'a pas jugé bon de s'en tenir aux immuables lois de l'honneur ou de la décence.

    Nous n'avons pas besoin d'entendre les raisons que vous vous donnez pour rallier un conflit que vous avez déclenché, Nous signalons seulement que la France refuse de voir la Bretagne s'inviter dans ses affaires internes.

    De même, Nous réaffirmons que Nous ne manquerons pas d'affronter vos sbires, qu'ils fussent bretons, brigands, sorciers ou anglois et que notre principal intérêt reste de mater et de châtier la félonie de Nos sujets. Nous n'avons que faire du désœuvrement breton et de son besoin de se sentir exister au travers de la France. Cela fait bien longtemps que Nous avons rompu Nos attaches avec la Bretagne et oublié la haine qui pouvait exister par le passé entre la France et la Bretagne. Libre à la Bretagne de vouloir ranimer de vieilles braises, Nous agirons en conséquences malgré Notre répugnance à voir une nouvelle guerre opposer la France à la Bretagne.

    C'est pourquoi, pour couper court aux rumeurs, et contre les avis de certains de Nos sujets et conseillers, déclarons à nouveau reconnaitre, admettre et approuver la souveraineté de la Bretagne et la légitimité de son indépendance, en conséquence de quoi le Grand Duché ne peut légitimement s'impliquer, s'ingérer dans la conduite du Royaume de France ou pousser les sujets de la Couronne vers la trahison et la félonie sans encourir Nos foudres.

    En revanche, Nous le disons tout net, la Bretagne peut enterrer ses envies de Royaume du Ponant à sa botte mais peut, en revanche, rapatrier les félons qui ont vendu à son profit l'Honneur de Nos provinces. Nous les libérerons de la forfaiture, de l'infamie, de la servilité que vous avez cru pouvoir instaurer, Nous ferons rendre gorge aux ennemis de la France et Nous ferons pénétrer dans les esprits de tous que la France est Souveraine en ses terres.

    A compter de ce jour, et jusqu'à ce que la Bretagne daigne se conduire avec la dignité attendue par Nous d'un État voisin, Nous interdisons à Nos sujets et provinces vassales le moindre contact, diplomatique, militaire ou autre . De même, nous ne reconnaissons plus la Noblesse Bretonne sur Nos terres .

    Vous souhaitant d'assumer pleinement le poids de votre folie et les conséquences de votre décision,

    Pour la France et pour les Français,
    Pour tous ceux qui donnent un sens au mot "Loyauté",








(Et la déclaration de guerre bretonne pour qui ne l'aurait pas aperçue !)



Citation :
De nous, Elfyn de Montfort, Grand Duc de Bretagne
De nous, Douchka, Duchesse élue du peuple breton,

A Sa Majesté Nébisa, Reyne de France.


    En ce premier jour de septembre de l'an 1459, nous, représentants du Peuple de Breizh, faisons annonce officielle de notre entrée en Guerre contre le Royaume de France.

    Il nous est pénible de reconnaître que nous nous sommes vus contraints d'enfreindre le Traité du Mont Saint Michel, par l'intervention ce dernier samedi de nostre armée en offensive au côté de nos alliés contre le duché de Touraine, mais déclarons assumer ce choix par la présente déclaration.
    Il nous est insupportable d'avoir été amenés malgré notre volonté à choisir entre l'amitié de notre Peuple pour les Peuples amis de l'Alliance du Ponant, comprenant le Berry, et le bon plaisir d'une Reyne impatiente qui sans être même encore couronnée déploie une énergie fabuleuse pour oppresser ses sujets et asservir son peuple à ses caprices.

    Dès lors, notre choix est fait, et c'est le cœur en peine mais convaincus que nous nous engageons pour porter secours armé à nos alliés. Nos actions de guerres ne sont et seront pas des actions de conquête, mais bien des faits de défense des intérêts des Provinces du Ponant, Bretagne évidemment comprise.

    C'est dans le respect de deux traités qui nous sont chers, durement acquis pour l'un à l'issue d'un combat sanglant que beaucoup semblent à notre plus grand regret avoir oublié, que nous prenons aujourd'hui position.
    Dans le respect du Traité du Mont Saint Michel, nous nous sommes engagés à ne pas porter atteinte à l'intégrité du Royaume de France. La Bretagne a respecté cet engagement et a œuvré dans ce sens auprès des provinces alliées. Voilà désormais que le co-signataire de ce Traité s'organise pour porter atteinte à la souveraineté bretonne après avoir attenté à celle de ses partenaires. A l'heure actuelle, donc, si nous avons toujours très à cœur l'esprit du traité qui unit la Bretagne et le Royaume de France, il nous devient difficile d'en respecter la lettre.
    Dans le respect de l'Alliance du Ponant, nous venons en aide aux Provinces Françoises avec lesquelles nous avons tissé des liens fraternels dans leur combat pour une prospérité et une quiétude aujourd'hui menacées.
    Ce combat, c'est la défense du droit des peuples de France, de leurs provinces, à jouir d'un égal respect, de droits égaux, d'une autonomie réelle, par rapport au pouvoir royal. En défendant nos alliés, nous défendons le principe selon lequel le Royaume de France se compose du Domaine Royal et de provinces simplement liées à lui et à son régnant par un lien de vassalité. En nous engageant aux côtés de nos alliés, nous exprimons notre refus de la dérive d'un pouvoir personnel et arbitraire, du favoritisme politique et du déni des privilèges locaux tristement constatés depuis quelques temps.

    Ce combat est également une lutte pour la grandeur de la France. Nous sommes animés par la volonté farouche d'avoir pour voisin un monarque tourné vers la prospérité et la sécurité de son royaume, capable d'être respecté et admiré à l'extérieur comme à l'intérieur de ses frontières, un monarque qui sait aimer et respecter ses peuples pour recevoir amour et respect en retour, et non pas un monarque qui promeut la haine, cherche à s'imposer par la force, bloque les initiatives, favorise les conflits et semble ne pas souhaiter oeuvrer pour la paix.

    Ce jour, nous entrons en Guerre contre la France, mais pour la France; pour la France rayonnante, pacifique et pacifiée, respectueuse de sa diversité et de ses traditions. Pour cette France, soeur de la Bretagne, et pour le Peuple de France.

    E Naoned, d'ar Yaou 1 a viz Gwengolo 1459


Elfyn de Montfort,
Grand Duc de Bretagne




Douchka,
Duchesse de Bretagne

[/quote]

_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 5 Sep - 17:22

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,
    Reyne de France

    Aux représentants des Primaties de France et de Bretagne,

    Nous présentons à Leurs Éminences nos regrets de n'avoir pu répondre plus tôt à leur communication, Nous déplorons, en effet, de n’avoir pas reçu votre déclaration, laquelle ne nous fut ni adressée, ni communiquée et dont nous avons eut connaissance par le bouche à oreilles, néanmoins, Nous ne vous en tenons pas rigueur, supputant que le messager de Leurs Éminences se sera égaré et ce point n'entache en rien Notre reconnaissance devant l'offre de discution présentée.

    Cependant, Nous doutons que l'appel à l'Honneur ou à la Paix puisse percer le cœur de ceux qui ont déjà renoncé à leur raison d'être en bafouant leur devoir, envers Nous, mais surtout envers les peuples qu'ils devaient servir, néanmoins, si un tel miracle devait être possible, il ne saurait l'être sans l'assistance de Notre Sainte Église, c'est pourquoi, en humble fidéle je remercie Leurs Éminences de leur proposition.

    Ceci étant, ayant reçu la preuve de l’invasion du Grand Duché de Bretagne, dont un des navires s’est rendu coupable d’une vile attaque sur la personne de Notre Surintendant, le Duc Keur, bien avant la déclaration, officielle, de guerre de la Bretagne, les précédentes devant être des déclarations officieuses, Nous ne pouvons ignorer que la Bretagne entend fouler aux pieds le Traité du Mont Saint Michel, que le Royaume de France a toujours scrupuleusement respecté.

    De même, le Ponant soutenant les mouvements hérétiques pour que l’Église combat avec la même fermeté que Nous devons avoir à combattre les félons. en admettant en son sein le trop renommée Sancte afin qu'il puisse perpétuer en Guyenne la nuisance que l'on connait et que l'on blâme nous ne pouvons présumer de l'intégrité morale de Nos ennemis .

    Pour finir, le Ponant ayant conclu une alliance contre nature avec divers bandits bien connu, allant jusqu'à offrir sa reconnaissance officielle, au travers d'un agrément offert au dict Thoros et son armée, Nous ne doutons pas que ces félons sans honneur soient prêt à tous, même à l'infâme pour perpétuer leur œuvre de destruction.

    Par conséquent, bien que Nous doutions de la moindre issue par la négociations avec des relaps ayant trahi leur serment, leurs sujets, leur Royaume au profit de leur arrivisme, si la parole des représentants de l’Eglise peut réussir là ou le simple sens de l’Honneur a échoué, Nous ne pourrons que Nous en féliciter.

    Les exigences de la France sont fermes et inchangées. Que le Ponant rompe avec ses attaches bretonnes, une Alliance ne peut exister entre des provinces vassales et un État souverain, tel que la Bretagne. Nous ne voulons plus la moindre ingérence bretonne dans les affaires françaises, néanmoins des liens économiques entre Nos provinces et le Grand Duché de Bretagne n’ont jamais été prohibées, avant la déclaration de guerre, et pourront être instaurés à nouveau dés lors que la Bretagne reviendra à une attitude décente et conforme à celle attendue par un voisin de Notre Royaume. En outre, et concernant les provinces félonnes qui, non contentes de s’être dressées contre leur Suzeraine, ont cru bon de songer à se prononcer sur une utopique indépendance, Nous entendons recevoir, en sus d’une totale reddition, l’humble repentance des Félons concernés et leur soumission aux sanctions que la Couronne jugera bon d’infliger, car lorsqu’on choisit librement de trahir, on ne peut songer à échapper aux funestes conclusions qui s’en suivront. En marge de quoi, et contrairement aux actes des Félons, Nous continuerons de garantir à Nos peuples Justice et Protection car tel est notre devoir et Notre raison d'être tel que le Très Haut, qui Nous a élevée à Notre charge royale l'a voulu.

    Le Royaume de France n’a jamais voulu la guerre mais ne laissera pas le chaos, l’ignominie et la félonie régner plus longtemps là ou Nous voulons l’harmonie et la pérennité pour Nos sujets, c'est pour cela et face à cette menace, que Nous avons résolu, le deuil au cœur mais l'âme apaisée par la certitude d'agir comme le Devoir l'exige, de prendre les armes, de faire se lever les bannières de la fleur de lys et de frapper Nos ennemis sans trembler.

    En conséquence, la participation de la France aux discutions demandées par les Primaties de France et de Bretagne ne pourront entrainer la moindre interruption du conflit parce que Nous ne doutons ni de la Félonie des meneurs de ce conflit, ni de leur malhonnêteté... ces derniers ont déjà recruté des brigands, des sorciers, des mercenaires... Nous ne prendrons pas le risque que quinze jours de "trêve" officielle ne serve qu'à leur donner le temps de faire venir d'autres ressources de Genève notamment puisque l'Hérésie ne rebute point les Félons dés lors qu'elle les sert .

    En conséquence, Nous rappelons au Poitou que Nous n'avons jamais demandé "l'infaisable" ou changé nos exigences d'un iota, si nous n'avons pas laissé passer trois semaines en vaines discutions c'est parce qu'au bout de trois jours ceux qui savaient ne pas se plier aux demandes de la Couronne n'aurait rien cherché d'autre que gagner du temps... la preuve en est l'agrément berrichon offert à une armée de bandit, qui prouve officiellement que le Ponant, en sus de recourir à des forces mercenariales, n'hésite pas à faire alliance avec des brigands, et demain, assurément avec Genève !

    La Paix oui, mais pas sur l'autel de l'intégrité du Royaume de France, le cessez le feu ne sera envisageable que lorsque le Ponant fera reddition, dans les conditions citée plus haut et que les forces armées étrangères seront dissoutes.

    Nous adressons à Leurs Éminences Verty et Clodewek Nous félicitations pour leur bonne santé recouvrée, Nous remercions Monseigneur Tibére de son association avec l’Église de Bretagne et Nous permettons de suggérer que le Grand Primat de France puisse rejoindre les concertations des son retour au monde.

    Fait ce jour de Notre royale main,
    le 04 Septembre 1459 au Palais Royal du Louvre







(Pour ceux ne l'ayant pas eut, la demande initiale)

Citation :




    Réaction commune des Primaties française et bretonne aux récents troubles.



    Aristote disait : « Le but de toute action doit être le bien. » et disant cela, il parlait de l'action politique, science qu'il plaçait au dessus de toutes les autres.

    A cela, le le Très Haut répondit à Oane :
    "Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes."




    A l'universalité des fidèles,
    Aux régnants de ce monde,
    A tous les hommes de bonne volonté,


    Aujourd'hui, à l'heure où le Royaume de France menace de se déchirer.
    Où nous assistons à une montée de violence, jamais encore atteinte.
    A l'heure où les roys, princes, ducs et comtes songent à envoyer leurs peuples l'un contre l'autre dans un affrontement sanguinaire.
    A l'heure où les régnants de ce monde ne sont plus capables de s'écouter.
    A l'heure où le serment de baptême semblent passer derrière les serments de vassalité.
    A l'heure où les vassaux préfèrent respecter le serment fait à un homme pour garder une illusoire propriété terrestre, plutôt que de respecter un serment fait à Dieu pour gagner une éternité de félicité.

    La Sainte Eglise constate avec frayeur et une infinie tristesse que des aristotéliciens sont prêts à faire couler le sang d'autres aristotéliciens.

    Aussi, c'est officiellement que les Eglises de France et de Bretagne lancent aux régnants de ce monde un appel à la raison, à l’intelligence, au calme, et à l'humanité.
    L'Eglise demande à toute personne responsable et douée de raison de surseoir aux actions guerrières pour une durée de quinze jours.
    Durant cette trêve, les Eglises de France et de Bretagne proposent leur médiation aux belligérants, afin que ceux-ci puissent s'asseoir à une table commune, comme jadis lors de la signature du Traité du Mont Saint-Michel.

    Qu'il soit su que l'Eglise, pour sa part, ne peut choisir qu'un camp : celui de la Paix, celui de l'amitié et de l'amour entre les hommes, créatures du Très-Haut.
    Rappellons-nous que Dieu n'a jamais demandé de soutenir un prince ou une terre, il a demandé d'aimer ses semblables.
    Tout acte fait contre un homme est donc fait contre Dieu lui même.

    Pace e bene.



    Faict à Rome, le XXVIII août de l'an de grâce MCDLVIX de notre Seigneur


    Pour la Primatie de France

    Tibère de Plantagenêt, dict Rehael,
    Archidiacre de Rome, Ancien Camerlingue, Cardinal Connétable suppléant, Vice-Chancelier de la Congrégation des Saintes Armées, Archevêque de Rouen, Seigneur de Sénas et Chevalier d'Isenduil, par la grâce de Dieu,




    Pour le Consistoire Pontifical Francophone

    Verty de Montfort-Toxandrie, cardinale archevêque de Bourges, cardinale électeur du consistoire pontifical francophone, Baronne de Bréal-Montfort, par la grace de Dieu



    Pour la Primatie de Bretagne

    Clodeweck de Montfort-Toxandrie, cardinal camerlingue, cardinal-archevêque de Tours, Cardinal Chancelier de la Congrégation de la Saincte Inquisition, duc de Montforzh, par la grace de Dieu



_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Sam 17 Sep - 20:24

    Edit Royal sur la révocation de l'Edit de Gien et la nature de l'Autorité Royale.



    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia, Reyne de France.

    En ce jour et de par Notre volonté, eu égard aux attentes de Nos peuples et aux devoirs de Notre charge, pour le service et la protection du Royaume de France révoquons sur le champ l'Edict Royal dict de Gien.

    Face aux périls et aux dangers pouvant guetter Nos provinces et sujets nous décrétons :

    Art1 : Les frontières du Royaume de France sont inviolables. Leur passage par des armées ou des navires provenant de Royaumes étrangers est soumis à l'accord du Monarque ou de son représentant nommé, et non de l'accord unique du Régnant de la province concernée.

    Art2 : Le Domaine Royal, possession du Monarque, et les provinces vassales forment le Royaume de France dans son intégralité, elles ne sauraient, de l'initiative de quiconque, rompre le lien les unissant au Royaume de France sans l'acceptation du Monarque, selon la coutume séculaire en Nos terres de France.

    L'échange des serments d'Hommage et d'Allégeance incarnent l'union renouvelée entre le Monarque et ses Sujets et élève le représentant de la province au rang de Régnant/Régent et Feudataire du Royaume de France.

    Un Feudataire déclaré Félon à la Couronne de France perd dès la proclamation du Statut de Félon toutes les prérogatives d'un Régnant, ses décisions se voient sur le champ annulées et toute personne le boutant hors du Trône qu'il usurpe agirait dans le respect de l'Autorité Royale, dès lors que cette personne, sauf mandatement royal, est conforme aux lois locales définissant ce sujet.

    Art3 : Toute personne vivant au sein du Royaume de France se soumet naturellement à l'Autorité Royale, représentée par le Monarque, les Institutions et Officiers Royaux et les Lois du Royaume de France.

    Art4 : Le Domaine Royal est placé plus particulièrement sous la protection de la Couronne, toute attaque, tout acte d'hostilité à l'encontre des Bonnes Villes et populations du Domaine Royal sont actes de Trahison envers la Couronne de France.

    Art5 : Est traître à la Couronne tout sujet du Royaume de France se plaçant en opposition de l'Autorité Royale dans ses actes.

    Art 6 : Un traître à la Couronne ne pouvant prétendre à la Noblesse, la réduction à l'état de roture pour tout noble portant les armes contre le Domaine Royal est automatique sur ordre du Monarque.

    Art 7 : Tout acte hostile commis à l'encontre du Royaume de France et de ses peuples par une personne n'étant pas Sujet de la Couronne entraînera le statut d'Ennemi d’État ou Ennemi de la France. Les Ennemis de la France, qu'ils soient félons, traitres ou ennemis de la Couronne, pourront être pourchassés et traqués par les Institutions Royales ou provinciales dans le but d'obtenir Justice .


    Rédigé de Notre main royale
    Au Palais du Louvre
    Le 17éme jour de Septembre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Sam 17 Sep - 20:25

    De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,
    Reyne de France,

    Faisons savoir ce jour l'abrogation des Lois dict Fondamentales, parues sous le dernier Règne au motif de leur illégitimité naturelle.

    Avec l'appui et le conseil de Nos vassaux, les Feudataires de la Couronne de France, décrétons les Lois Royales du Roy Levan à nouveau valides et ceux jusqu'à la prochaine promulgation d'une Charte Royale pour la France et ses sujets.

    Déclarons que cette Charte tirera sa légitimité, sa force et son intemporalité de la consultation de Nos Institutions et de Nos Feudataires et qu'ils auront le devoir d'en assurer la protection dans l'avenir.

    Aux Feudataires ayant fait usage de leur devoir de Conseil, Nous adressons Nos remerciements et profonde estime :

    Thibérian, Duc du Lyonnais et du Dauphiné
    Armoria, Duchesse de Bourgogne au début des discutions
    Asclépiade, Duc de Bourgogne à ce jour
    Pitt, Duc de Normandie
    Karyann, Comtesse du Maine
    Aurae, Duc d'Orléans
    Crysania, Comtesse du Rouergue
    Vonafred, Comte du Périgord et de l'Angoumois
    Llyr, Duc de Touraine
    Fred, Duc d'Alençon
    Skal, Comte des Flandres
    Koreldy, Duc de Gascogne

    Rédigé de Notre main royale
    Au Palais du Louvre
    Le 17éme jour de Septembre 1459[/b]




_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Mer 5 Oct - 12:34

    Peuple de France,
    Loyaux sujets de la Couronne,

    Ce jour, Nous nous adressons à vous afin de rappeler que, gardienne de l'intégrité de Notre Royaume et soucieuse du bien de Nos sujets, Nous ne pouvons demeurrer silencieuse quand Nous voyons deux bonnes villes séparées de leur terre natale, sous divers prétextes et raisons.

    Au Régent de Toulouse, pour avoir de manière pernicieuse et dans la plus parfaite ignominie attaqué le Duché de Guyenne, Nous adressons une dernière fois un appel à la raison. Nous laissons trois jours à Toulouse pour se retirer d'un conflit qu'il a déclenché, pour présenter ses excuses au Duc Archybald et au peuple de Guyenne et pour retirer ses troupes de la ville de Montauban. Nous signalons que ces manœuvres ne sont que le jeu du Ponant qui cherche à renverser un conseil légitime, élu par un peuple désirant la paix et la stabilité sous l'égide la Couronne de France et que ce désir là ne sera pas étouffé par quelques compromissions indignes.

    Au Duc de Touraine, Nous signalons que si la situation en Berry, du fait de la guerre et de la trahison de ceux, nobles ou simples endoctrinés, s'étant vendu à la solde des Ennemis de la France, est complexe, Nous ne doutons pas que vous ayez agit en pensant suivre ce qui était le mieux... mais cela ne se peut. Nous n'admettrons pas de voir Notre province du Berry amputée d'une seule de ses bonnes villes, car Nous Nous battons contre les traitres, certes, mais pour la France, pour toute la France, donc pour le Berry. Nous entendons voir au plus vite le peuple Berrichon connaitre la même délivrance que la Guyenne, que le peuple ouvre les yeux, chassent ses tyrans et ouvre ses bras et son cœur à la Couronne qui n'a jamais cessé de les chérir et de vouloir les aimer. Le Berry est Notre province et demeurera comme telle, avec tous ses bonnes villes historiques et sans que la moindre annexion ne soit permise, autorisée ou reconnue par la Couronne de France. Nous déplorons ce qui a conduit à Nous imposer un état que les ennemis de la France peuvent revendiquer comme souhaité par Nous et vous faisons part de Notre désir de savoir Châteauroux, libre, fière et Berrichonne, retrouver sa place au sein de Notre Royaume.

    Aux habitants de Châteauroux, à son maire, Nous assurons Notre soucis et Notre vœux de vous savoir prospères et en paix, Nous comprenons votre désir de vivre autrement que dans l'oppression, Nous savons le traitement réservé aux Loyalistes en Berry par les Ennemis de la France et Nous ne pouvons que déplorer ces attaques incessantes au fil des mois... Mais vous ne devez pas renoncer et quitter la place. Vous êtes l'avenir du Berry, vous avez le devoir et la mission de vous battre pour offrir au Berry la perspective d'une vraie place au sein de la France, une place loyale et honorable, le contraire de ce que le Parti officiel des traitres incarne et instaure dans les esprits. Je vous en prie, ce jour, de toute la force de mon âme, beaucoup se battent pour la France, pour leur avenir, les armes à la main, vous avez la mission de vous battre aussi, pour la France mais pour votre avenir, pour le Berry qui est, demeure et restera votre terre... Ne vous dérobez pas à ce devoir, mes chers sujets, ne tournez pas le dos à une province qui a besoin de vous...


    A chaque homme, chaque femme sur le sol de France, tenez bon, notre France tient bon, notre France renait, elle est unie, forte, dressée dans un même but... et ensemble, Nous voyons renaitre les fleurs de lys, bientôt, avec l'aide du Très Haut, ceux qui pensaient que cette guerre Nous conduirait à Notre perte admettrons que Nos victoires sont le signe de Notre juste cause, bientôt, la Raison prendra le pas sur les ordres aveugles donnés par les quelques personnes qui pensaient pouvoir instaurer au sein de notre France un État dans l’État, un Royaume du Ponant... Bientôt, si l'honneur revient, Nous unirons la France dans une Paix nouvelle, une stabilité retrouvée et un avenir prospère.

    C'est pour cela que Nous Nous battons, pour cela que vous vous battez à Nos cotés, pour cela que Nous triompherons, ensemble.

    Au Palais Royal du Louvre
    Le premier jour d'Octobre 1459




_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 24 Oct - 19:18

    Ceci est un message à destination des Loyaux Sujets de la Couronne de France.
    Ceci est un appel pour toutes les femmes, tous les hommes qui ont pris les armes pour défendre leur terre.
    Ceci est l'expression de toute l'admiration, toute la gratitude et tout l'amour déposé au sein du cœur de votre Reyne.

    Depuis de longues semaines maintenant, nous nous battons. Du Nord au Sud, la France a appelé à elle ses sujets, la Couronne a demandé à ses vassaux et sujets de se lever et de se battre, pas pour assouvir un désir inique de conquête, un besoin injustifié de chaos, une envie de rompre la routine mais parce que la France faisait l'objet d'une menace intestine, sournoise et inadmissible.

    Tous, vous avez entendu cet appel, vous y avez répondu et avec votre rage, votre détermination, votre loyauté, vous avez frappé, en Berry, en Anjou, en Artois ou au Poitou, vous avez frappé. Malgré la douleur de devoir vous battre contre des frères et des sœurs, manipulés ou dévoyés par les mensonges et les promesses utopiques des ennemis de la France. Malgré la difficulté de quitter vos foyers, vos cités, vos provinces, vous êtes venus .

    Aujourd'hui, je dois vous confesser combien votre loyauté et votre dévouement me sont précieux. Aujourd'hui, je dois vous dire qu'être la Reyne de tels sujets est le plus précieux des joyaux de ma Couronne car aucun Roy, aucune Reyne ne saurait régner sans l'appui de ses vassaux et de ses sujets et si nous combattons, si nous gagnons, face aux manœuvres, aux mensonges du Ponant, aux trahisons, ce n'est que grâce à vous tous.

    Eux n'ont que des déclarations fumeuses et des articles achetés à une presse corrompues, nous... nous avons nos victoires et la certitude d’œuvrer pour la pérennité de notre France et pour la plus juste et la plus sacrée des causes.

    Sujets du Domaine Royal... que vous dire ? Maine, Alençon, Orléans, vous ne cessez de me surprendre et de me rendre fière, de vous, de votre engagement, de votre unité... Depuis longtemps maintenant, je suis amenée à côtoyer le Domaine Royal et ses affaires, j'ai toujours espéré un Domaine Royal uni et fort... ce jour est venu et dans l'épreuve, savoir mes peuples capable de se transcender autour d'une même cause, une cause souveraine... On vous disais faibles, inutiles et perdus d'avance... Vous prouvez qu'il n'en est rien et qu'aucune félonie ne sera, par vous, cautionnée.

    Sujets de Normandie, depuis des semaines vous résistez à l'invasion, vous mettez en échecs des armées venues vous écraser, unis derrière votre Duc, vous démontrer la force et la puissance d'un peuple qui refuse de rompre ou de plier. Vous êtes un exemple pour tous les peuples de ce Royaume et, pour moi, une force supplémentaire pour continuer le combat. Je sais vos souffrances, vos difficultés, je peux vous promettre que tout cela ne sera pas vain et que la France n'oubliera pas vos sacrifices et votre courage.

    Sujets de Champagne, vous connaissez la même menace et le Ponant se rengorge de réussir chez vous ce qu'ils n'ont pu réussir en Normandie. Mais vous luttez aussi, vous résistez et tenez bon... Je vous supplie de continuer ainsi, de ne pas écouter les voix mal intentionnées qui vous incitent à céder, à écouter les mensonges de l'ennemi et ses promesses mensongères... Prenez les armes, défendez vos terres, vous êtes la Champagne, vous êtes chez vous et vous devez leur faire rendre gorge pour oser penser que vous vendriez votre terre .

    Sujets de la Couronne de France, vous aussi n'avez pas oublié l'importance du lien qui vous lie à la France, point n'est besoin de titres ou d'un ordre pour vous voir accourir quand la France est menacée. Point n'est besoin de promettre des récompenses, de l'or ou des terres, au contraire de ce que négocient nos ennemis pour recevoir de l'aide... Votre dévouement est à l'image de votre grandeur, de la pureté de vos cœurs.

    A toutes, à tous, je tenais à vous témoigner mon estime, la conscience que j'ai de vos peines et douleurs... Soyez assurés que votre engagement ne fait que renforcer ma détermination d'être une Reyne à la hauteur de tels sujets.

    Au nom de la France que je sers, au nom de la Couronne que je porte, je vous fais la promesse solennelle, et que le Très Haut qui m'a désignée comme la Souveraine destinée à la France à ce jour me foudroie de son ire si je venais à manquer à mon serment, de ne pas faillir dans ma mission sacrée.

    Recevez avec ces mots l'hommage d'une Reyne à son peuple et, ensemble, poursuivons le combat que l'Honneur nous conduit à mener.

    Que vive le Royaume de France,


    Fait ce jour de Notre royale main,
    le 13 Octobre 1459 au Palais Royal du Louvre





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 24 Oct - 19:18


    Au peuple de France,
    A tous les sujets loyaux de la Couronne

    Qu'il soit su que l'incursion en Normandie d'une poignée de sujets flamands ne nous a pas échappée. L'organisation les regroupant, connue sous le nom de forces spéciales flamandes, jouissant d'une reconnaissance officielle de la part des Flandres, Nous avons décidé d'attendre la réaction de Notre dévoué vassal pour répondre à Notre tour.

    A présent que le Comte des Flandres a, officiellement, réagi, en retirant à cette organisation mercenaire son lien avec le Comté des Flandres, à Notre tour, Nous Nous exprimons.

    Qu'il soit établi que chacun des traitres ayant pris les armes contre Nos sujets de Normandie se voit, ce jour, déclaré ennemi du Royaume de France, que nous les considèrerons comme des bandits ne pouvons prétendre à séjourner sur les terres du Domaine Royal sans se voir, sur le champ, traqués et conduits en geôles.

    Qu'il soit su, également, que les membres de la dicte organisation qui ne se sauraient pas compromis dans cette ignoble action à l'encontre du Domaine Royal et de la Couronne, restent sujets du Royaume du France considérés comme loyaux et honnêtes et n'ont à craindre aucune mesures de rétorsion à leur encontre. La Couronne sera implacable à l'encontre de ceux qui l'attaquent mais elle sait se montrer juste envers ceux qui lui sont fidèles et soumis.

    Qu'il soit su que tout noble de France surpris à attenter à la pérennité de Notre Domaine Royal ne peut attendre que Notre plus extrême sévérité, c'est pourquoi, Nous déclarons le retour à la roture immédiat de la Dame Malycia, jusqu'alors Vicomtesse de Renaix pour avoir porté les armes contre le Duché de Normandie au sein d'une armée ennemie du Ponant, pour avoir agit contre Sa Reyne, contre le Duché de Normandie et contre le peuple Normand en bafouant les lois les plus simples de la noblesse.

    D'autre part, Nous portons à la connaissance de chacun que le Comté d'Artois, entre les mains de félons que nous n'aurons de cesse de réduire à néant, a ce jour envahi le Comté des Flandres, assurément parce que la loyauté de Notre vassal et de Nos sujets flamands aura fini par susciter leur convoitise. Une armée ennemie se trouve à présent sous les murs de la bonne ville de Tournai et Nos pensées se tournent vers la population locale que Nous appelons à la cohésion et à la fermeté face aux félons . La France ne cesse de montrer à ceux qui se dressent contre elle qu'elle n'aura de cesse de mettre fin à leur folie... Les Flandres, comme chacune de nos provinces, ont fait le choix de la Loyauté et de l'Honneur, Nous ne doutons que l'avenir se présentera sous les mêmes auspices et que le chantage, la menace ou la corruption, qui sont les armes de l'Artois, n'auront sur eux aucune prise.

    Flamands, Flamandes, levez vous, prenez les armes et montrez à l'Artois qu'il n'est pas maitre chez vous et que vous n'êtes pas un troupeau dont il joue selon sa volonté, que vous ne recevez pas d'ordres du Ponant tels de vulgaires serviteurs et que ceux qui ont rejoint les troupes ennemis n'ont de Flamands que le nom et se moquent de l'intérêt de votre Comté, de vos vies ...

    Pour la France et sa grandeur,

    rédigé de Notre main agile
    Ce jour du 22 Octobre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 24 Oct - 19:18

    Au peuple de France
    Aux sujets loyaux de la Couronne
    Aux sujets félons à la Couronne qui restent et resteront sujets de la Couronne

    Il a été porté à Notre connaissance que certaines provinces félonnes ont cru bon de se doter de Hérauderies parallèles, soit disant détachées de la Hérauderie Royale. Malgré le divertissement que fut pour Nous cette nouvelle, devant les questions soulevées par Nos sujets sur ce point, Nous tenons à apporter quelques petites précisions afin de clarifier, dans tous les esprits, ce qu'il adviendra à ce sujet.

    Les demandes portées à la Hérauderie Royale par des sujets de la Couronne ayant porté une allégeance infondée à une personne reconnue Félon ou représentant un pouvoir illégitime au sein du Royaume de France, se verront suspendues .

    La noblesse loyale, dans les Provinces frappées de Félonie, continueront à jouir des services de la Hérauderie sans que cela ne pose le moindre soucis.

    Toutes les décisions, actes, modifications nobiliaires émanant des fausses Hérauderies Ponantistes sont, bien entendues, nulles et non avenues aujourd'hui et à jamais.

    Tout noble refusant de prêté allégeance à un Félon ou un représentant de pouvoir usurpé ne saurait se voir menacé de destitution ou de mesure de restriction puisque la seule et unique hérauderie légitime sur le sol de France est la Hérauderie Royale.

    Par sécurité, Nous invitons la noblesse loyale au sein de ses provinces à se manifester auprès de la Hérauderie Royale, du Héraut ou Maréchal légitime lié à sa province.

    Nous rappelons que dans les provinces félonnes, afin d'établir leur fausse autorité, les traitres refusent les accès aux Officiers Royaux de la Hérauderie mais que cela ne saurait les empêcher de faire leur travail correctement. Le pigeonnier de Nos Hérauts est grand et n'attend que les demandes que la Noblesse de France lui souhaite présenter.


    Faict ce jour du 24 Octobre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Lun 24 Oct - 19:19

Citation :
A Eusaias, Duc de Bouillon, Vicomte de Digoine.

Vous ne pouvez prétendre au titre de Duc souverain de Bouillon.
Vous ne pouvez révoquer la mention dans le codicille qui stipule le lien au Domaine royale, seul.

En vertu des lois royales, plus précisément les Statuts du Royaume de France, section II :

Citation :
Toute cession territoriale par la Province devra être soumise à information au Roy de France, en tant qu'il incarne la Couronne de France et est garant de son intégrité, en informant le Héraut responsable de la Marche Héraldique concerné qui transmettra au Très Aristotélicien Souverain. Sans réponse négative sous quatre semaines, la dicte cession sera considérée comme effective.

Nous vous apportons ici un refus catégorique et public à vos prétentions déplacées afin d'éviter toute notion d'émancipation infondée.

Pour la France et sa grandeur,

rédigé de Notre main agile
Ce jour du 24 Octobre 1459




Citation :

    A la Couronne de France,
    Au Grand Ambassadeur Royal,
    A Montjoie,
    Salut !


    En ce jour alors que notre ban se termine très bientôt nous prenons la décision de révoquer la mention dans le codicille qui stipule le lien au Domaine royale.

    Bouillon devient alors duché souverain au sein de la France.

    Nous assurons que notre BAN sera respecté.

    Puisse Dieu veiller sur la France.

    rédigée ce 30 septembre 1459.


    EBC
    Duc souverain de Bouillon,
    Vicomte de Digoine.




_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Dim 13 Nov - 19:48

    Aux sujets de la Couronne de France
    Aux sujets relaps de la Couronne de France

    Depuis de longues semaines maintenant, la France est en guerre. Une guerre fratricide qui oppose les Français aux Français. Une guerre née de la folie et de la volonté d'une poignée de gens de mettre à bas le Royaume de France.

    Aujourd'hui, puisque certaines erreurs ont eu lieu, notamment émanant de personnes se permettant de décréter des exigences soit disant "royales" quant aux conditions de paix, il apparait qu'il est temps de rappeler les exigences de la France à la fin de ce conflit. Un conflit qui pourrait se terminer en moins d'une semaine et permettre à chacun de reprendre sa place légitime au sein du royaume qui est le sien.

    Premièrement, la France reproche à l'Alliance du Ponant d'avoir semé la sédition dans ses peuples, d'avoir, au fil des mois, agi comme un État illégitime au sein de notre État souverain. Afin d'y remédier, la France veut voir chacune des provinces du Ponant assurer le Royaume de France de sa loyauté et de son respect des lois royales.

    Deuxièmement, la France ne veut aucunement la fin du Ponant, mais l'émergence d'un Ponant Français. Une Alliance est un pacte diplomatique portant sur plusieurs volets. Accord économique, judiciaire et militaire, pour faire simple. La Couronne de France n'a pas son mot à dire sur les deux premiers plans mais ne peut laisser un État étranger souverain conclure la moindre Alliance militaire avec ses peuples sans que cela ne revienne à renier sa légitimité souveraine. Nous voulons donc la résiliation des accords militaires existant entre Nos provinces et le Grand Duché de Bretagne. Nous assurons que les pans économiques ou autre ne sont pour la France d'aucune menace, mais le temps où la France acceptait de voir son sol foulé par l’Étranger sans rien y trouver à redire n'est plus.

    Troisièmement, lorsque le Grand Duché de Bretagne offrira la Paix à la France, reconnaissant avoir déchiré le Traité du Mont Saint Michel et avoir renié sa parole en déclarant ses volontés belliqueuses vis à vis de la France, la France autorisera à nouveau commerce et échange avec le Grand Duché de Bretagne, reconnaitra sa noblesse et lorsque demande en sera faite, pourra envisager une coopération militaire entre ce dernier et ses peuples, dés lors que le but en sera la défense face à une menace étrangère et pas l'oppression de peuples français dans le but d'enrichir les caisses bretonnes d'écus... français.

    Tout cela ne fera l'objet d'aucune négociation car il ne s'agit rien de plus que du fondamental droit de la France souveraine.

    Les cas des provinces ayant cru bon de se déclarer "indépendantes", le cas de l'Anjou et de son héraut fantoche... feront l'objet d'éventuelles discutions mais après la signature de la Paix car elles ne sont pas les causes du conflit mais des actes édifiants et ridicules, des provocations infantiles n'ayant pas plus de portée qu'un coup d'épée dans une flaque d'eau.

    Nous rappelons à tous que la Clémence est aussi une vertu royale mais que la France a décidé ne plus se laisser brutaliser le fondement à coup de reins ponantais et qu'il convient à ses ennemis d'en prendre acte, une bonne fois pour toute.

    Cette guerre est une guerre fratricide et, en cela, elle est infâme. Cette guerre est, cependant, juste et Nous ne la renions pas, mais Nous assumons son horreur, acceptons comme méritée la souffrance que Nous ressentons de savoir Nos peuples dans la douleur et assumerons, devant le très Haut, au jour du jugement dernier, la culpabilité qui est Notre. Malgré tout, Nous ne pouvons renier la rébellion, la révolte et la trahison de ceux qui ont conduit à cette guerre, pas plus que Nous ne pouvons taire les torts de la Couronne qui ont conduit ces mêmes peuples à se détacher de leur devoir et de leur loyauté vis à vis d'icelle.

    C'est pour cela que Nous n'avons pas pour but d'humilier, de détruire les provinces en révolte. Nous voulons les voir retrouver leur place et pouvoir construire la France de demain avec elles, elles toutes. Mais cela ne sera possible qu'à la condition, impérative, d'une loyauté renouvelée, d'un respect retrouvé. Loyauté et respect mutuels, car plus jamais la France ne souffrira de voir la Couronne abandonner ses peuples et la tyrannie s'inscrire dans les mœurs de ses sujets. Telle est Notre volonté et c'est pourquoi, sans haine, bien qu'avec une certaine colère, Nous avons pu décider l'affrontement, c'est pourquoi, sans volonté de maintenir cette haine, Nous assurons à Nos provinces insoumises qu'elles ne subiront aucune mesure de rétorsion, dés lors que leur ralliement à la Fleur de Lys sera effectif. Bien sur, Nous demanderons des gages de ce retour à la loyauté, notamment envers les Provinces ayant pu dépasser les bornes de la simple révolte, mais l'intégrité de chacun sera respectée ; son droit à se gouverner, dans le respect des Lois royales, sera respecté, car tel est le droit légitime, fondamental et absolu de n'importe quel sujet de la Couronne de France.

    Peuple d'Anjou, la guerre, la menace, la douleur, vous les connaissez depuis longtemps, elles sont inscrites dans vos chairs et vos cœurs. Mon désir de vous voir vivre en Paix et protégés par la Couronne ne date pas d'hier. J'ai découvert votre terre, votre culture, vos maux, en partageant avec vous, jadis, une autre guerre. Je fus prisonnière entre les murs de vos geôles, j’espère d'ailleurs que vous avez songé à exploiter ce filon à des fins économiques, la visite du cachot de la reyne devrait, je pense, remporter un certain sucés. Je vous ai connu, oui, découverts... Que vous dire sinon que depuis ce moment, j'ai une tendresse vive et réelle pour l'Anjou et que mon premier désir est de la voir vivre et s'épanouir auprès de la Couronne, intègre, digne, forte et protégée, sur chaque ragondin vivant en Anjou, je le jure.

    Peuple du Poitou, j'ai longtemps travaillé avec certains des vôtres, rarement dans le calme et l'harmonie, mais je suis de celle qui a connu l'AdC, du temps de sa grandeur, du temps ou le Poitou vibrait de loyauté pour la Couronne et n'hésitait à se battre pour elle... Je n'épiloguerai pas sur les causes de cet éloignement, elles me demeurent incompréhensibles, mais je vous demande de sonder vos cœurs et votre passé et d'y trouver cette étincelle, infime, gracile, fugace et de l'entretenir, de la faire grandir. On ne peut à ce point haïr sa terre, son Royaume sans que l'espoir demeure de ne pas considérer cet état comme irrémédiable.

    Peuple d'Artois, Nous serions bien en peine de vous dire quoi que ce soit. La haine primaire de ceux qui sont les seuls à se faire entendre ne peut être le fond de la pensée de tout un peuple. Vous dites ne pas avoir voulu cette guerre, pourtant celle qui était votre Comtesse n'a rien fait pour l'en empêcher et le petit gnome agité qui voudrait tant être votre Comte non plus, à part régurgiter sporadiquement des écrits fielleux que nul ne prend la peine de lire. Alors oui, vous reviendrez dans le giron de la France, là ou est votre place, mais la culpabilité de quelques éléments qui vous ont vendu au profit de leur rêve de Ponantie ne rejaillira pas sur l'ensemble d'un peuple pris en otage par les mensonges de ses soit disant dirigeants.

    A tous, ouvrez les yeux, demandez pourquoi vous vous battez quand il ne vous est rien demandé que le respect des points naturels et fondamentaux... Demandez vous si le poids de promesses utopiques l'emporte sur le fait de vous couvrir du sang de vos frères.

    Au Palais Royal du Louvre
    le 31 Octobre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Dim 13 Nov - 19:48

    A tous les sujets de la Couronne de France,

    Consciente du poids de Nos responsabilités et du besoin de doter le Royaume d'un serviteur supplémentaire qui aura le devoir de Nous assister dans Notre mission, de servir la France comme Nous la servons, Nous avons décidé de procéder, ce jour à la nomination d'un Dauphin pour la France.

    Nous nommons un homme de valeur, de grand mérite et d'une intégrité morale sans tâche. Un homme ayant plus de cent fois prouvé son amour pour la France et son sens des valeurs. Un homme qui, à l'image de sa terre natale, fait passer avant tout la morale et l'intégrité.

    Nous annonçons donc ce jour la nomination du Marquis de Senlis, Monseigneur Argael Devirieux au poste de Dauphin de France, lui baillons Notre confiance et celle de Nos sujets .

    Puisse le Très Haut lui prêter l'énergie et la force nécessaire à sa charge et Nous assurer l'usage des bons conseils et du dévouement de Notre Dauphin très estimé.

    Au Palais Royal du Louvre
    le 31 Octobre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Dim 13 Nov - 19:48

Zephir a écrit:
Citation :
A Sa Majesté Nebisa de Malemort.


Votre Majesté,

Je me nomme Zephir. Je suis porteur d’espoir et porteur d’un message du Duc du Berry Alleaume de Niraco. En effet, je ne cesse de croire que, demain, la paix reviendra de nouveau sur votre Royaume. J’ai déjà tenté par le passé de prendre contact avec le Bourbonnais Auvergne, la Bourgogne ou encore dernièrement la Touraine afin de trouver un terrain d’entente nous permettant d’arrêter ce mal qui ravage la France.

Bien que les duchés que je viens de citer n’ont pas voulus négocier la paix, je garde en moi cette espoir que votre Majesté, dans son infinie sagesse, cherchera le bien de tout un peuple, de tout son peuple.

Je prierai sa Majesté de bien vouloir lire la missive que je lui joints et de bien vouloir comprendre que notre démarche n’a qu’un seul but, le bien du Royaume de France et d’amener la paix et la stabilité afin que notre Royaume resplendisse a nouveau à la face de tous.

Je finirai cette missive pleine d’espoir en remerciant sa Gracieuse Majesté de m’avoir accordé quelques minutes et en la priant également de bien vouloir pardonner les maladresse que j’aurai pu commettre en lui envoyant ce courrier, mais il est de notre devoir de chercher à sauver ce qui peut l'être encore.

Zephir



-----------------------------------------------------------------


Citation :
A Sa Majesté Nebisa de Malemort,


Salut.

Nous vous écrivons en ce jour, cela après des mois de mutisme entre nous.

Vous ne pouvez pas éviter de regarder le Berry et penser une seule seconde que vous éradiquerez un parti politique dans son entier, vous savez tout comme tout le monde le sait, que cela n'arrivera pas, le peuple est souverain de son choix de votes, et les menaces, l'occupation n'y changeront rien.

La seule chose que la Régence procure c'est une haine de plus en plus grande pour nos voisins, et pour vous même, votre peuple ne pourra jamais vous aimer si vous continuez à gouverner dans le sang comme vous le faites en Berry.

Vous laissez agir un Régent modifié un coutumier de A à Z, alors que les loys Royales stipulent que cela est totalement interdit,
Vous laissez une liste étrangère au Berry se présenter allant à l'encontre des Loys de la coutume Berrichonne,
Vous laissez deux brigands, ayant brigandé en Berry ( preuves vous en sera apporté ) se présenter en votre Nom pour diriger le Berry.

Le peuple Berrichon vous regarde d'en bas, et ce demande pourquoi, pourquoi vous faites cela ?

Ne pensez vous donc pas qu'il est grand temps que chacun mette ses rancœurs de côté ? La Touraine est ébranlé, les OR ont étaient décimés dans leur entièreté, la Touraine risque tôt ou tard de connaître le même sort que le Berry connaît depuis des mois.

Mais quant cela cessera t-il ?

Le Berry n'a jamais voulu, JAMAIS, prendre son indépendance de la Couronne de France, tout ceci est foutaise relayé par quelques politiciens en mal de reconnaissance, voulant planer sur des fantasmes afin de vous faire croire tout et n'importe quoi.
Nous aimons la France, et nous voulons retourner dans son giron lorsque le temps viendra.

Vous avez préféré croire des voleurs qui aujourd'hui ont pillé notre bonne ville de Châteauroux vous faisant croire que nous voulions l'indépendance de notre Duché, plutôt que votre Vassal qui c'est toujours montré honnête avec vous et a TOUJOURS voulu que la guerre cesse, vous ne pouvez point le nier.


Vous êtes la seul en mesure de mettre fin à ce conflit, un seul mot de vous et cette guerre prend fin.

Nous vous demandons donc de rencontrer à nouveau les représentants du Berry dans leur entièreté comme cela vous avez été demandé.

Fait à Châteauroux, le 28 octobre de l'an de Pâques 1459,

Pour le Conseil Ducal élu,
Alleaume de Niraco,
Régnant élu du Berry.


Citation :
Alleaume de Niraco ! En effet, voilà plusieurs semaines que Nous n'avions plus de nouvelles de vous. Certains vous disaient mort, d'autres au couvent ou vous auriez prononcé vos Vœux, d'autres tablaient sur un exil ; plus prosaïquement Nous supputons que vous continuez le combat quelques part.

N'étant pas de nature naïve, Nous ne croyons, en effet, pas à l'éradication de votre Parti ; Nous le savons responsable de la mentalité qui veut, qu'en Berry, on doive décrier la Couronne, cracher sur la Fleur de Lys et rêver à se retrouver, un jour, à la tête du Grand Berry Libre... mais Nous n'avons pas le pouvoir de mettre la lumière là ou l'obscurité règne, Nous avons seulement le désir de mettre la Loyauté là ou la forfaiture prévalait.

Nous avons suffisamment joué, tous les deux, et pouvons Nous dispenser des artifices diplomatiques. La déclaration d'indépendance, les "statuts" et autres hérauderies "libres", tout cela reposait depuis longtemps dans les tiroirs du Duc George, ou sous son oreiller. Il n'y a rien qui ne puisse revenir à nier ces faits. Nous connaissons le Duc George pour l'avoir "pratiqué" lors de ses mandats... un homme brillant, c'est impossible à nier, mais qui se fourvoie en pensant que l'on ne peut à la fois se dévouer à sa province et aimer son Royaume. Nous aurions aimé pouvoir compter sur un homme avec de telles capacités au service de la France, il a choisit de faire que cela ne soit pas, un choix dont il est libre, mais, pour autant, la Couronne ne peut pas laisser d'avantage le Berry dans son cercle vicieux. Cela aussi, vous l'aurez compris, je crois.

Maintenant, sachez une chose : Nous n'accepterons jamais de voir la moindre de Nos provinces se perdre de la sorte. Nous acceptons et souhaitons, voir exister des pensées libres, des esprits et des opinions divergentes, Nous croyons en l'unité du Royaume de France au sein du quel coexistent des peuples aux traditions et cultures différentes. Nous voulons réformer la France pour que ces différences continuent à exister.

Mais, de la Trahison, de la veulerie, Nous ne voulons plus.

Si tel était Notre désir, à ce jour le Berry n'existerait plus . Vos bonnes villes seraient depuis longtemps, toutes, sous tutelles de vos voisins. Mais non, Nous ne voulons pas ça, Nous ne voulons pas anéantir le peuple berrichon. Nous avons affirmé la souveraineté du Berry sur Chateauroux, Nous avons refusé son rattachement officiel au Duché de Touraine, de même que Nous refusons toute autre séparation.

Le conseil de Régence est en place et a reçu Notre acceptation, parce qu'il est impossible, dés lors que le Berry se cantonne à son opposition stérile envers la Couronne, de le confier à des mains qui ne seraient pas de confiance et qui refuseraient de reconnaitre l'Autorité Royale.

Vous êtes jeune, plein de fougue, en manque de pondération peut être mais de vous à Nous, reconnaissez votre part de responsabilité dans tout ce que vous vivez ce jour. Vous n'avez jamais cru ce que nous vous disions. Aujourd'hui, attestez que jamais le moindre mensonge n'est sorti de Notre bouche. Quand vous Nous écriviez pour offrir votre obéissance pour revenir dessus vingt minutes après, sur la base de ragots dont Nous ignorons toujours l'origine, quand vous pensiez que Nous n'étions pas déterminée à aller au bout de ce que vous Nous contraigniez à faire en n'offrant pas le gage de votre loyauté.

Maintenant, à la lumière de vos erreurs de jadis, Nous sommes disposée à vous laisser une chance, une dernière chance, de vous transcender, d'agir en tant que dernier Duc légitime en date du Berry, car vous n'êtes rien d'autre sans Notre reconnaissance... Nous acceptons votre demande, sachez le, pour le Berry, qui est province de Notre Royaume, envers qui Nous n'avons pas besoin de serment pour savoir Notre devoir, pour ce peuple abusé qui appelle à la Paix.

Venez à nous, avec la proclamation de votre contrition, celle de chacun des nobles ayant cru bon de souscrire à votre folie, déchirez ce torchon qui se veut une charte héraldique, et donnez la preuve de votre volonté de vivre en paix en acceptant la présence, au sein d'un futur conseil élu et reconnu d'un Officier Royal de votre choix parmi ceux que nous souhaiterions vous mander et Nous pourrons commencer à offrir la Paix aux sujets du Berry.

Pour discuter de cela, et du reste, vous pouvez envoyer vos représentants et Nous les recevrons.

Fait au Louvre ce jour du 03 Novembre 1459





_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnault
Chancelier
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   Ven 18 Nov - 20:51

    Aux sujets de la Couronne de France

    Oyez à tous,

    Nous prenons à nouveau la plume ce jour afin d'assurer à Nos sujets de Touraine l'attention et l'estime que la Couronne continue à porter à Sa province victime d'une cruelle invasion et d'une occupation inique. Nous confirmons, ce jour, le Duc Llyr di Maggio et d'Astralgan à la tête du Duché de Touraine et l'affirmons, à nouveau, comme Notre seul, unique et irréfutable Vassal et Feudataire. Nous réaffirmons la pleine et entière légitimité de son conseil comme seule autorité légitime en Touraine et déclarons le conseil d'usurpation dénué de toute bienveillance à l'égard de la Touraine et de son peuple et donc privé de toute considération royale.

    Nous prions les sujets de Touraine de ne pas perdre espoir, de garder courage et de maintenir leur dignité et leur fierté face à l'épreuve que leur inflige les ennemis de l'Honneur, de la Droiture et de la Morale, les ennemis de la France, les chantres de la guerre, de l'ignominie, du mensonge et de la Trahison. Peuple de Touraine, votre grandeur, votre pugnacité, votre force ne sont plus à démontrer, ils sont inscrits dans chaque page de l'Histoire de France, une fois encore, on vient vous frapper, on vous veut à terre, défaits et vaincus. Le moment venu, d'un seul élan, vous vous dresserez pour réclamer, non pas vengeance, mais Justice et vous mettrez à néant ceux qui vous auront offensés.

    Au conseil de Régence du Berry, maintenant, Nous adressons Nos remerciements et considérations de gratitude pour l'ampleur de leur investissement au service du peuple Berrichon, condamné à la misère par ses dirigeants, bafoués par ceux là même qui avaient le devoir de leur assurer Paix et Prospérité. Nous savons qu'il n'est pas chose aisée, dans de telles circonstances, de conduire un Duché divisé entre l'aveugle obéissance à une cause perverse et un désir de calme et de confiance. Nous savons que vous avez eu à cœur d’œuvrer avec Vertu et Humanité, que vos actions ne visaient jamais à autre chose qu'alléger le fardeau d'une population innocente et que les plus humbles, les anonymes, ceux qui ne vont pas rédiger pamphlets anonymes, déclarations sirupeuses, ceux qui se contenteront de remercier le ciel pour un pain acheté à prix raisonnable, pour les portes d'une université qui s'ouvrent à nouveau, pour un emploi retrouvé, ceux là, dont le nombre fait la force à défaut de l'écho de leurs cris, ceux là ont su vous toucher au cœur et incarner le pourquoi de vos sacrifices et de vos peines même peut être.

    Un petit mot, une grande pensée, un embrasement de gratitude pour tous les soldats de la France tombés lors du siège de Poitiers. Ne considérez pas la fin de ce simple chapitre comme la fin de votre combat. Nous louons votre vaillance qui a fait trembler l'ennemi et soulignons que seul un mauvais coup du sort a différé votre victoire sur un ennemi qui continue à refuser la Paix et la raison quand Nous lui assurons tous les gages de Notre mansuétude. Aussi longtemps que la France souffrira, vous serez là pour la défendre et Nous serons là pour vous rendre les légitimes honneurs qui vous sont dus, à vous qui vous dressez pour défendre votre terre, votre honneur et votre avenir.

    Autre point, pas des moindres cependant... Orléans, Notre Duché, a reçu la visite, hier, d'une poignée d'armées ennemis, qui après la Touraine pensait mettre à bas les murailles de la ville capitale en moins de temps qu'il ne faut pour dire "nom d'une pustule ponantiste pestiférée"... Cette nuit, Orléans a, non seulement, résisté avec la vaillance que l'on connait à Nos sujets adorés, mais a repoussé fermement l'armée des volatiles, non, pardon, les Aigles Poitevins en rase campagne. Ceci est dit, Orléans ne se laissera pas outragée. Louée soit la force, l'unité et l'efficacité des Sujets d'Orléans qui font honneur à leur terre à l'image des leurs frères de France.

    Pour continuer sur la lancée de "la France qui agit et le Ponant qui tremble"... depuis le Maine, deux armées royales ont rejoint la bonne ville de La Fléche, charmante bourgade servant de villégiature aux armées du Ponant. Nos armées ont pris pieds sous les murailles angevines ... et étudient à présent le panorama dégagé qui s'offre à elles...

    Et pour conclure, des nouvelles de Champagne. Les armées ennemies qui avaient pris place sous les murs de Compiégne ont rapidement rejoint l'abri de Péronne afin de mettre en sécurité, assurément, la ville capitale d'Arras après que les armées royales se soient avancées jusqu'à Azincourt. La population Artésienne n'a subi aucun outrage, et ce depuis le début du conflit et les troupes royales ont pu faire trembler l'ennemi au point que la Champagne se trouve, à présent, totalement sécurisée. Nous saluons l’opiniâtreté de Nos sujets et vassaux de Champagne, qui malgré leur caractère inflammable Nous ont prouvé savoir se montrer efficaces et déterminés face à la menace, aux insultes et chantages de l'ennemi.

    Ce jour, Nous proclamons Notre fierté et Notre amour pour de tels sujets, pour un Domaine Royal qui Nous honore et Nous donne la force et le courage de ne pas faillir à Nos devoirs, malgré le poids d'une responsabilité qui nous transcende.

    A tous, sujets du Domaine Royal, sujets ou vassaux de la Couronne, Ducs ou Comtes régnants, nobles, chevaliers, femmes, hommes, simples soldats, pigeons royaux, Nous Nous inclinons devant votre loyauté, votre mérite, votre courage, Nous vous saluons comme braves parmi les braves et vous promettons que la Justice du combat que nous menons ensemble triomphera sur l’opprobre que l'ennemi jette sur le Royaume à la fleur de lys, que jamais il ne l'emportera, car vous êtes, toutes et tous, les lys qui fleurissent sur Nos bannières, vous êtes les Lys de France.


    De Notre main qui vivre à vos cotés,
    De Notre coeur qui palpite à chacune de vos victoires
    De Notre sang qui coule quand coule le votre,




_________________
Foresii cancellarius
(Chancelier du Forez)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Royauté] Annonces du Roy   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Royauté] Annonces du Roy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» La couronne copiable ? Inadmissible !
» "Je ne laisserais pas une souris passer ! "
» [Inde antique] Empire kouchane et indo-scythes
» Venus s'entretenir avec la royauté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMTÉ DU FOREZ :: Domaine Comtal-
Sauter vers: